Entretien avec Claude Lanzmann Sartre n’était pas dans la fin de l’histoire

05.07.2010

Lorsque l’on a vécu sous l’ombre tutélaire des grands maîtres, il n’est pas aisé de brosser leur portrait. Claude Lanzmann, qui n’a peur de rien ou presque, ne s’est pas risqué dans son Lièvre de Patagonie à ce délicat exercice. S’il n’est pas un héritier, comme il le revendique dans cet entretien, l’auteur de Shoah, directeur des Temps Modernes, est toutefois le gardien vigilant du temple. C’est là, tout compte fait, une belle mission. Alors que l’époque célèbre le culte du dérisoire ou de l’apparence pour tenter d’oublier sa propre peur du vide, Jean-Paul Sartre, dans ce volume de la Pléiade consacré à ses Écrits autobiographiques*, hisse le lecteur dans cette République des lettres à son égal, un animal doué de raison prêt à tous les voyages, y compris ceux de l’esprit. Loin du mépris bourgeois, il partage avec lui humour, sens de la dérision et fête l’écriture comme si elle était la chose du monde la mieux partagée. On y goutte avec bonheur chaque phrase, chaque mot des Mots, ce chef-d’œuvre de l’autobiographie selon le maître d’ouvrage de ce volume Jean-François Louette. D’autres textes célèbres emportent le lecteur, comme la préface à la réédition d’Aden Arabie, le livre de Paul Nizan, toujours avec la même passion, celle de la fraternité partagée : « Chasseur maladroit, les mots m’éblouissaient, parce que je les manquais toujours ; Nizan plus précoce en avait une pleine gibecière. » Revendiquons tous le droit à cette chasse-là, quitte à revenir bredouille.

  • Sartre n’était pas dans la fin de l’histoire  - 1
  • Sartre n’était pas dans la fin de l’histoire  - 2

    Sartre n’était pas dans la fin de l’histoire

  • Sartre n’était pas dans la fin de l’histoire  - 3
  • Sartre n’était pas dans la fin de l’histoire  - 4
  • Sartre n’était pas dans la fin de l’histoire  - 5

Décision Santé. Aujourd’hui, alors que paraissent ses écrits autobiographiques, l’œuvre de Jean-Paul Sartre paraît condamner au purgatoire. Comment peut-on l’expliquer ?

C. L. Ce sont « des mots ». On ne peut pas faire disparaître Sartre comme cela. C’est une mode de dire qu’il est mort. Moi je le trouve très vivant. Pour autant, le monde d’aujourd’hui n’est pas un monde pour lui. Il n’était pas dans la fin de l’histoire. Nous...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Décision Santé
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

A LA UNE

add
Kouchner
Brève

Bernard Kouchner : "Je suis devenu ministre pour pouvoir faire accepter par l’ONU le droit d’ingérence"

Vous étiez un médecin célèbre avant d’entrer en politique au plus haut niveau. La politique n’est-elle rien d’autre que la continuation de la médecine par d’autres moyens ? J’ai toujours participé aux combats et aux débats... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.