« Voir le corps de son enfant pour se sentir endeuillé »

14.07.2011

Dans une société dominée par l’image, le visuel, les rituels autour de la mort se sont récemment transformés. Dans les maternités, les mères au cours des années quatre-vingt-dix ont été incitées à regarder leur enfant mort, alors qu’auparavant le corps était escamoté, le cadavre enlevé. Loin d’être observée seulement dans l’Hexagone, cette tendance, inaugurée dans les pays anglo-saxons s’est rapidement imposée dans les pays occidentaux. Comment s’est opérée cette mutation ? Y a-t-il un corpus théorique sur lequel reposent ces nouveaux rituels ? L’enquête de la sociologue Dominique Memmi* révèle bien des surprises. Au lieu d’être validés par des études, ces changements se sont imposés sans preuves cliniques. Comment alors expliquer cette diffusion aussi rapide chez les professionnels ? Elle serait le résultat d’un psychologisme qui a détrôné la psychanalyse allié en la circonstance avec ce que l’auteure désigne – « en attendant mieux » – un corporéisme. Au-delà de ce « cas de figure » se profilent une biologisation des identités sociales et une réflexion sur l’incarnation qui seront au cœur d’un prochain ouvrage. En attendant, ce livre court donne à penser, même en l’absence d’une réflexion plus vaste sur la place de l’image réelle ou virtuelle en médecine ou ailleurs.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Décision Santé
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter
Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A LA UNE

add
Brève

31 milliards d’euros, Abonné

c’est le coût des dépenses liées aux hospitalisations ponctuelles (une à deux journées ) avec une croissance de 2,4 % pour la période 2012-2015. Afin de freiner ce poste de dépenses, la Stratégie nationale de santé présentée par... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Formations

Préparez vos formations avec Décision Santé

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.