Les ARS méconnaissent complètement la médecine de ville ! (Verbatim)

30.04.2013

« Les directeurs d’ARS ne sont plus les successeurs des ARH. Ils sont bien en charge autant de la médecine de ville que de l’hôpital. Tant que les ARS n’auront pas équilibré leur temps de travail entre la ville et l’hôpital, l’assurance maladie aura vocation à piloter la médecine de ville et à rester le seul interlocuteur. »

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Décision Santé
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

A LA UNE

add
silence
Brève

BilletFaut-il transfuser le malade hôpital ?

Tout avait si bien commencé. Une ancienne PU-PH, hématologue de formation, à la tête du ministère de la Santé, allait enfin soigner l'hôpital. Accusé de mauvaise gestion, rétif au changement, contraint à la cure d'amaigrissement... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.