Entretien avec Danièle Desclerc-Dulac, présidente du Collectif interassociatif sur la santé (Ciss).« Il ne s’agit pas d’une désacralisation mais d’un respect mutuel »

06.12.2014

« On ne peut pas dire au patient qu’il va devenir acteur de sa santé si on ne le considère pas comme tel. Or, un patient acteur de sa santé, c’est quand même mieux pour les médecins, lesquels doivent jouer un rôle d’accompagnants. C’est du gagnant-gagnant. Nous travaillons de plus en plus avec les soignants hospitaliers et l’on n’a pas du tout le sentiment que les praticiens hospitaliers (PH) soient déconsidérés par rapport aux patients....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Décision Santé
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

A LA UNE

add
Monod
Brève

Guillaume Monod : "On ne trouve rien dans la littérature psychiatrique sur la question des radicaux"

Dans votre ouvrage, vous n'hésitez pas à parler religion avec vos patients incarcérés, est-ce bien raisonnable ? La première règle est de ne jamais se positionner dans un rapport de force, de jugement mais écouter le patient.... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.