Nos trésors

12.05.2015

Les vrais changements politiques et sociétaux ne résultent que de grandes ambitions et pas de vains combats. Notre République est malheureusement le plus souvent sujette à des débats stériles et à de l’inflation législative. Il y a soixante-dix ans, au lendemain de la guerre, avec l’espoir d’un monde meilleur dans un pays blessé moralement et socialement, est née la Sécurité sociale universelle. L’idée avait germé au cours des années trente quand le pays faisait face à une crise économique qui, pensait-on, aurait pu être surmontée par plus d’unité et de solidarité. Quelques années plus tard, les hommes issus de la Résistance ont estimé que la santé des populations était une priorité. Ils ne se sont pas  trompés. Comme le souligne aujourd’hui la ministre de la Santé Marisol Touraine, « célébrer la Sécu, ce n’est pas être dans le regret ou regarder un passé révolu ». En quoi cette idée ne serait-elle plus d’actualité ? Il est vrai que la situation du pays n’a rien à voir avec l’état de misère et de délitement moral et social de 1945. Mais le chômage, la maladie et la pauvreté d’aujourd’hui appellent à maintenir des solutions sociales de qualité sur le principe que « chacun sera à la fois contributeur et allocataire ». Pourtant des menaces viennent de la primauté d’un libéralisme mondialisé, des nouvelles technologies qui font exploser les cadres et de traitements trop chers qui laminent les fonds publics. Les nouvelles générations plus indépendantes et autonomes  veulent desserrer le corset que la sécu peut engendrer. Le conservatisme et la technocratie dans ces « grands machins » peuvent pousser les Français à s’en détourner… même s’ils disent encore aimer leur système de santé. La nouvelle étape réformatrice qui est proposée apparaît bien terne. Pendant de trop longs mois, la santé a été secouée par des débats violents autour de la médecine libérale. L’hôpital est sur ses gardes face aux menaces de restructurations. Nos « trésors nationaux » doivent se rénover pour ne pas trôner dans un musée de la solidarité. L’autosatisfaction n’est pas de mise.

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
gauchet

Grand entretienMarcel Gauchet : Michelet, Robespierre et les gilets jaunes

La révolution française n'en finit pas d'irriguer le débat national de manière souterraine. La crise des gilets jaunes en illustre la résurgence. Quant à Emmanuel Macron, s'il a incarné une dimension monarchique, il n'en aurait pas compris, selon Marcel Gauchet, l'image d'un roi arbitre entre les grands et le peuple. Lire Michelet relève donc donc de l'oeuvre de salut public. Revisiter... Commenter

  • Brève

    La citation de la semaine

    "Je suis certain que l'IA va être une lame de fond en médecine, mais l'une des grandes questions est: qui sera l'employeur des professionnel... Commenter

  • Brève

    Un mode de financement innovant pour Tecentriq

    Roche

    L'immunothérapie s'impose durablement dans le traitement du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC). Un troisième... Commenter

  • Brève

    Hôpitaux de proximité, la feuille de route

    Urgences

    Les hôpitaux de proximité seront-ils avalés par les GHT? C'est la menace soulevée par l'Association Nationale des Centres Hospitaliers... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.