Entretien avec Patrick Leglise, président de Synprefh, à la veille d’Hopipharm 2015

13.05.2015
citation
 Une loi de santé négative pour la pharmacie hospitalière citation

Les arbitrages lors des débats autour de la loi de santé sont loin d’avoir été favorables à la pharmacie hospitalière, relève Patrick Leglise. La création d’un service public d’information est la seule avancée saluée par le président du Synprefh.

La discussion au Sénat permettra-t-elle d’intégrer les promesses de Marisol Touraine à la profession ?

Décision Santé-le Pharmacien Hôpital : Quelle la réaction du Synprefh sur la loi de santé ? Constitue-t-elle une avancée pour les pharmaciens hospitaliers ?

Patrick Leglise : Pour les pharmaciens, cette loi brille surtout par ses absences. Un amendement qui avait obtenu l’accord de la Direction générale de la santé (DGS) et de Marisol Touraine lors de sa participation à la Journée de l’Ordre national des pharmaciens n’a pas encore trouvé place dans le texte adopté par l’Assemblée nationale. Or, il devait corriger un article de la loi de financement de la Sécurité Sociale 2015 qui avait introduit une dérogation sur le monopole de distribution pharmaceutique pour les plasmas devenus des médicaments dérivés du sang. Cette dérogation aurait alors été transitoire. Et les plasmas au 1er janvier 2016 devaient réintégrer le circuit pharmaceutique du médicament en janvier 2016. Mais ce principe a été bloqué au niveau du cabinet de la ministre.

 

D. S-P. H : Pourquoi certains plasmas bénéficient-ils d’un statut particulier ?

P. L : On se trouve dans une situation inextricable qui relève d’une usine à gaz. À savoir, l’article de la loi de financement de la Sécurité sociale a créé une situation nouvelle. Il donne la responsabilité au pharmacien hospitalier de gérer les achats et l’approvisionnement de ces produits. Quant à l’Etablissement français du sang (EFS), il en gérerait le stockage et la délivrance. Ce qui est une entorse majeure au monopole pharmaceutique, simplement pour protéger les intérêts de l’EFS. L’une des missions premières du pharmacien est bien la dispensation et donc la délivrance des médicaments. Ces missions assurées classiquement par le pharmacien contribuent à la sécurisation du circuit du médicament. Or, une pharmacie à usage intérieur n’a pas la possibilité de stocker du plasma SD. Les autres plasmas ne sont pas concernés par cette mesure. Pour répondre aux besoins, l’EFS a alors augmenté la production des autres plasmas qui ne sont pas soumis à ce régime. L’EFS prétend que les plasmas sont en fait tous substituables. La séroconversion à l’hépatite E, prétend l’EFS, serait un épiphénomène.

D. S-P. H : Quelles sont les propriétés du plasma SD par rapport aux autres types de plasma ?

P. L : Il est sécurisé vis-à-vis du virus de l’hépatite E. C’est de plus un plasma poolé issu de cent-vingt donneurs qui garantit une teneur stable en facteurs plasmatiques. Il est enfin une alternative en cas d’allergie aux autres plasmas.

À ce jour, l’EFS n’a plus le droit de produire les plasmas SD depuis le 1er février 2015 à la suite de la plainte déposée par le laboratoire Octopharma. La production en France a donc cessé. Marisol Touraine nous avait  promis le retour à un circuit strictement pharmaceutique comme pour les autres produits dérivés du sang. La promesse n’a donc pas à ce jour été respectée...

D. S-P. H : Pourquoi le plasma SD a-t-il acquis ce statut ?

P. L : Tout simplement parce que sa production est issue d’un procédé industriel. Il relèverait donc du statut des médicaments avec l’octroi d’une AMM. Son importation ne peut être refusée par les autorités s’il respecte les normes de prélèvement éthique du sang dont il est issu.

Or les autres types de plasma répondent également à des normes industrielles. À terme, on imagine même des projets de plasmas lyophilisés. Tous les plasmas devraient donc relever du circuit pharmaceutique. L’exception créée ne sert que les intérêts de l’EFS et non pas la sécurité des patients.

D. S-P. H : Quels sont les articles de la loi de santé visant également l’activité des PUI ?

P. L : L’article 37 de la loi de santé s’inscrit aussi dans cette problématique. Il concerne les médicaments de thérapie innovante (MTI) de type thérapie génique ou cellulaire. Ce sont clairement des médicaments. Certains EFS ont  certes obtenu le statut d’établissement pharmaceutique. Mais l’EFS dispose, on l’a vu, du droit de stockage et de délivrance pour les plasmas SD. Si on laisse passer cette dérogation au monopole pharmaceutique pour les plasmas, une brèche est ouverte où s’engouffreront les MTI, enjeu majeur d’avenir pour les PUI.

Cette défense du monopole pharmaceutique n’a pas d’objectif corporatiste. Elle s’inscrit dans une démarche de sécurité sanitaire au service de la population sans recherche de profit. L’EFS est certes en proie à de sérieux problèmes économiques. Mais faut-il pour autant mettre en péril l’organisation du médicament en France ?

Il y a un partage des rôles qui doit être respecté, sans oublier la préparation  des médicaments (MTI ou non MTI) dans les essais de recherche clinique qui relèvent de la responsabilité des pharmaciens.

Au-delà de l’EFS, nos missions sont également menacées par des services hospitaliers qui auraient obtenu l’autorisation de produire ces MTI. Cette option est inscrite dans l’article 37 qui donne l’autorisation d’importer et d’exporter des MTI à des établissements non pharmaceutiques. Clairement les pharmacies hospitalières sont exclues du dispositif sous le prétexte qu’elles ne disposent pas du droit d’exporter des produits utilisés dans le cadre des essais cliniques multicentriques. Cette loi favorise les EFS et certaines équipes médicales qui n’auraient plus besoin de recourir à des pharmaciens.

D. S-P. H : La pharmacie hospitalière serait-elle la grande oubliée de la loi ?

P. L : L’article 51 donne l’autorisation au gouvernement de légiférer par ordonnance sur l’organisation des PUI. On donne un chèque en blanc au gouvernement. Pourquoi pas, à condition que l’exposé des motifs soit respecté. Exemple, l’assouplissement du droit des PUI laisse peu de souplesse aujourd’hui à la mise en place de coopération entre PUI. Or, au Synprefh, nous avons toujours soutenu la coopération entre PUI sur un territoire de santé. Actuellement, il faut passer par la signature d’un contrat du type groupe de coopération sanitaire (GCS). À l’avenir, la signature d’une convention sous le contrôle de l’ARS participerait au processus de simplification administrative. On souhaiterait également créer des pharmacies à mission unique qui exerceraient pour le compte d’autres pharmacies d’un même territoire de santé. Par exemple, il n’est pas possible de mettre en place une pharmacie qui produirait des préparations hospitalières pour le compte d’autres PUI. La mutualisation de moyens devrait à terme être plus aisée afin d’aider à l’acquisition d’automates de dispensation.

Enfin, il s’agit aussi de développer d’autres missions comme la pharmacie clinique. La mise en place d’une conciliation médicamenteuse pourrait être la première marche, comme s’est engagée Marisol Touraine.

Le développement de la pharmacie clinique se heurte simplement au manque de moyens. En Grande-Bretagne, les hôpitaux disposent d’un pharmacien pour vingt-cinq lits. En France, la moyenne s’établit à un pharmacien pour quatre-vingt lits. C’est aussi un pari pour le gouvernement et le ministère de la Santé. Lorsqu’on investit une livre sterling dans la pharmacie clinique, on économise au final dix livres sterling au système de santé britannique. La recherche du retour à l’équilibre financier pour chaque établissement hospitalier ne se révèle pas toujours un investissement rentable.

D. S-P. H : Quels sont les points positifs de la loi  ?

P. L : Les points positifs ne vont pas assez loin. La loi de santé rend obligatoire l’adhésion à un groupement hospitalier de territoire. Sauf que l’on ne connaît pas la future gouvernance de ces GHT. Toutes les structures hospitalières vont être impactées. Mais le flou est total sur cette recomposition. Quel sera le pilote dans l’avion ? Nous sommes certes favorables à une organisation territoriale de la santé. Par ailleurs nous soutenons la remédicalisation de la gouvernance hospitalière, même si le processus se réalise à petit pas. La loi restaure les services, même si cela est symbolique. Pour notre part, nous appelons à ce que l’autorité fonctionnelle des chefs de service sur les équipes soit reinstaurée. Persiste sur le terrain un conflit entre l’organisation hospitalière et la réglementation pharmaceutique. L’autorité technique avec le retour de la notion de services serait ainsi confirmée. Au final, le bilan s’avère très négatif pour la pharmacie hospitalière. Saluons toutefois une grande avancée avec la création d’un service public d’information sur les produits de santé.

Source : Decision-sante.com
Commentez Commenter
Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A LA UNE

add
visuel activité chirurgicale
Brève

La Cour des comptes tacle 29 établissements à faible activité chirurgicale

Les chirurgiens seront-il contraints à terme de réaliser un nombre minimum d’actes ? Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, n’en a pas exclu la possibilité lors de son intervention. Une certification obligatoire... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.