Les trois grands défis de notre système de santé

28.05.2015

Réunis à l’occasion du salon Santé autonomie, divers acteurs du monde de la santé étaient venus écouter les préconisations de Didier Tabuteau pour relever les grands défis de notre système de santé. Trois défis synonymes d’équilibre à trouver entre la ville et l’hôpital d’une part, entre l’échelon local et le national d’autre part et enfin entre l’assurance maladie obligatoire et les assurances maladie complémentaires.

A l’aube du 70e anniversaire de la Sécurité sociale, Didier Tabuteau, responsable de la chaire santé de Sciences Po et codirecteur de l’Institut droit et santé, est venu rappeler quels étaient les enjeux auxquels est confronté le système français de santé. Des enjeux au nombre de trois et qui sont tous hérités de l’histoire même du système français de santé. Une situation en rien surprenante, selon le responsable de la chaire santé de Sciences Po tant « les thématiques de santé sont absentes des discours politiques ». Et pour cause ! La santé serait « entre les mains de spécialistes ». En clair, le microcosme lui-même s’occuperait des réformes.

Un microcosme composé pendant longtemps de praticiens, puisque « de la révolution française jusqu’à la réforme Debré de 1958, la santé a été construite par les médecins ». Dès lors, en l’absence d’organisation de l’installation médicale, il n’est pas surprenant de constater qu’en 2015, la répartition des médecins, en France, est identique à celle… de 1850.

De même, il en résulte une absence quasi totale d’équipes de soins en ville, alors même que nombre de cabinets de groupe se sont développés. D’où une réelle difficulté à monter des maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) en ville. Bien que développée, la médecine de ville où les praticiens continuent d’occuper une place de premier plan, ne remplit donc pas toutes les missions qu’elle accomplirait dans d’autres pays.

Pis, elle ne s’articule pas comme elle le devrait avec l’offre hospitalière qui est par ailleurs plus importante qu’à l’étranger. La raison ? « Chacun des systèmes a son propre pilote : l’Etat pour l’hôpital et l’assurance maladie pour la médecine de ville », déplore Didier Tabuteau. D’où le souhait du codirecteur de l’Institut droit et santé, de voir « la direction de l’assurance maladie confiée au ministère de la Santé afin d’instaurer une unité de direction ».

Autre problème : la difficulté d’articuler le national et le local. Alors même que « le R de régional est présent dans toutes les réformes depuis vingt-cinq ans, la région n’a absolument pas voix au chapitre, puisqu’elle est réduite au rang de bras armé d’un Etat qui n’arrive pas à trouver sa place sur la santé ». Et, pour illustrer ses propos, de citer les 311 circulaires reçues par les ARS, l’année de leur installation. Avec comme conséquence, aujourd’hui, une ARS omnipotente et des établissements aucunement indépendants.

La répartition entre assurance maladie obligatoire et assurances maladie complémentaires apparaît enfin comme une opération de déconstruction du régime obligatoire. Alors même que l’existence des complémentaires avait été prévue dès 1958, la place qu’elles occupent aujourd’hui – 95 % des Français bénéficieraient aujourd’hui d’une complémentaire santé – et le fait que le niveau de remboursement des soins courants par le régime obligatoire soit passé en dessous des 50 % tendent à aboutir à une remise en cause du principe même de solidarité qui avait prévalu à l’instauration de la Sécurité sociale. « Les cotisations des complémentaires santé ne sont jamais proportionnelles aux revenus, elles augmentent avec les charges de famille et croissent avec l’âge », précise ainsi Didier Tabuteau. Une situation qui doit poser question puisque les 7 milliards d’euros du déficit du régime obligatoire, en 2014, correspondent au montant des frais de gestion des complémentaires. En clair, les cotisations des Français pourraient suffire à équilibrer toutes les dépenses de soins remboursées.

Source : Decision-sante.com
Commentez Commenter
Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.
ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Formations

Préparez vos formations avec Décision Santé

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.