Cour des comptes/FHP-MCO et FHP dialyse, bataille de chiffres

24.09.2015

Dans son dernier rapport sur la Sécurité sociale 2015, la Cour des comptes souhaite « favoriser des prises en charge plus récentes » de l’insuffisance rénale chronique. En bref, optimiser les soins et les coûts. La FHP du secteur conteste les chiffres de la Cour.

  • Cour des comptes/FHP-MCO et FHP dialyse, bataille de chiffres - 1

Premier constat établi par la Cour, le développement de la prise en charge en dialyse a été réalisé essentiellement par les structures les plus lourdes. Et de pointer le recul de l’autodialyse et de la dialyse péritonéale (en 2012, respectivement de 19 % et 9 % des patients contre 22 % et 11 % en 2004). Réponse de la FHP, la moyenne d’âge des patients traités par dialyse est de 71 ans. Ceux-ci sont souvent peu autonomes et atteints de polypathologies lourdes. « La dialyse à domicile est un vœu pieux. Elle est incompatible avec l’état de nombreux patients », explique le Dr Schutz, président de la FHP dialyse.

Second constat, elle établit une classification de tarifs. Par an, les coûts par patient s’élèvent à 53 028 euros pour la dialyse péritonéale non assistée, à 87 036 euros pour l’hémodialyse en centre lourd. Elle compare ces prix avec ceux de la greffe qui s’élèvent à 53 273 euros l’année de la transplantation, puis seulement à 13 536 euros les années suivantes. Réponse de la FHP qui explique voir le bien des patients avant les considérations financières : « Les néphrologues sont des gens responsables. Et ne sont pas convaincus pour nombre d’entre eux des bienfaits de la dialyse péritonéale à domicile. »

La Cour va plus loin. Même les unités de dialyse médicalisées, intermédiaire entre le centre lourd et la dialyse à domicile, ne trouvent pas grâce aux yeux de la Cour qui préconise d’en baisser les tarifs. Les traitements en centre lourd ont régressé de 52 à 50 %, mais au profit des unités de dialyse médicalisées. Ainsi, malgré des objectifs ambitieux (19 % en 2018), la dialyse péritonéale a régressé.

Enfin, cerise sur le gâteau, pour la Cour, la rémunération devrait passer d’une tarification à l’acte à un forfait patient. Serait instauré un tarif unique par patient dialysé en fonction de son état de santé et en incluant tous les frais dont le transport, l’examen biologique… Réponse de la FHP, elle refuse la stigmatisation de la profession. Le néphrologue « n’a jamais été rémunéré à sa juste valeur dans le cadre d’une rémunération au forfait plutôt qu’à l’acte ».

Voir le rapport de la Cour des comptes sur l’IRC :

https://www.ccomptes.fr/content/download/85048/2060700/version/1/file/20...

Source : Decision-sante.com
Commentez Commenter
Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.
ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Formations

Préparez vos formations avec Décision Santé

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.