Guerre dans le monde, les hospitaliers font également partie des victimes

Arnaud Janin
| 25.08.2016

Dans les pays en guerre actuellement, un nouveau tabou est levé. Les personnels médicaux et hospitaliers sont désormais des cibles comme les autres. L’été a été particulièrement meurtrier.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la Syrie est l’endroit le plus dangereux pour les services de santé avec 135 attaques en 2015 contre des installations sanitaires et leurs personnels. En témoigne une ONG syrienne, l’Union des organisations de secours et de soins médicaux (UOSSM) qui a mis en ligne le 1er août dernier de courtes vidéos de médecins et humanitaires à Alep, en Syrie et en Turquie, « demandant l’arrêt immédiat des...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE

add
Agnès Buzyn

Entretien avec la ministre de la Santé et des SolidaritésAgnès Buzyn, premier bilan de santé

Vous bénéficiez d’un état de grâce inédit au moins chez les professionnels de santé. Emmanuel Macron vous-a-t-il demandé votre recette ? En vérité, je lui ai emprunté sa méthode. Comme le Président, je n’élude pas les problèmes.... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.