Le diabète dans le viseur de l’assurance maladie

Gilles Noussenbaum
| 11.07.2018

La santé mentale est au cœur des propositions de l'assurance maladie pour 2019. Les médicaments ne sont pas visés cette année comme la principale variable d'ajustements. Une baisse de prix est toutefois demandée pour les analogues du GLP1 dans le diabète.

  • GLP1

Comme chaque année au début de l'été, l'assurance maladie lance ses ballons d'essais pour réaliser les économies. Certaines de ses propositions sont ensuite reprises dans le PLFSS élaboré par le gouvernement. Pour cette édition, en écho avec la réforme promise début septembre, l'accent est mis sur l'innovation organisationnelle. La santé mentale est également au cœur de la réflexion pour une optimisation de la prise en charge. Son poids dans les dépenses de santé est très lourd. Davantage que le cancer ou les seules maladies cardiovasculaires, elle représente 14,5 % des dépenses. Le médicament, s'il n'est pas oublié, occupe pour une fois une place secondaire. Comme si au cours des années précédentes, les différents gouvernements avaient usé jusqu'à la corde cette piste facile d'économies aux lieu et place des réformes de structure.

Génériques, économie de 160 millions

En 2019, l'assurance maladie retient dans son document de travail des mesures très classiques. Citons l'économie de 160 millions d'euros générée par la diffusion de médicaments génériques avec un taux de substitution cible fixé à 90 % et les incitations à la prescription de biosimilaires. Pour ce dernier point, l'assurance maladie attend les premiers résultats de l'initiative lancée en février dernier. Les établissements volontaires seront intéressés aux bénéfices produits par les prescriptions exécutées en ville des biosimilaires de l'insuline glargine et des anti-TNF alpha. En cas de succès, l'initiative sera étendue à d'autres classes de biosimilaires.

GLP1/diabète : 285 millions d'économie

Sur le volet de la maîtrise médicalisée de la prescription médicamenteuse, une économie de 285 millions d'euros est programmée. Le diabète est dans l'œil du viseur, et notamment la classe des analogues du GLP1. Outre le recours à la metformine jugé insuffisant, les analogues au GLP1 occupent une place centrale dans l'arsenal thérapeutique. Ils représentent 47 % des initiations de traitement injectable contre 53 % pour l'insuline en contradiction avec les recommandations de la HAS. L'assurance maladie note toutefois l'écart entre la HAS et la position de la Société française de diabétologie qui retient pour cette classe un accès plus précoce du fait de son effet cardiovasculaire protecteur. Le document de l'assurance maladie tranche sans surprise en faveur des thèses de la HAS en mettant en avant l'impact significatif sur les dépenses du fait d'un coût élevé. Autre argument, si l'on compare la consommation des analogues au GLP1 dans cinq pays européens, la France occupe le premier rang. Outre le renforcement d'échanges confraternels « sur la prescription efficiente des antidiabétiques », l'assurance maladie appelle à une baisse de prix notable des GLP1 pour 2019. « Malgré leur extension d'indication à l'insulinothérapie et leurs parts de marché croissantes, le prix de cette classe n'a que peu évolué ». Les industriels concernés sont pour le moins prévenus.

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
GE
Brève

General Electric, malade, se déleste de sa branche santé

Après Siemens qui avait mis en bourse sa division santé, c'est au tour du géant américain General Electric de se délester de sa branche santé. Loin d'être malade, cette division générait des profits en progression continue. Elle... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.