GériatriePourquoi nous parions sur la télémédecine

Arnaud Janin
| 15.11.2018

Depuis fin 2017, l'hôpital de La Porte verte (Versailles) est à la tête d'un vaste projet de téléconsultation et de téléexpertise avec 25 Ehpad et une poignée de médecins généralistes. Reportage.

  • téléconsultation

« D'ici 2020, tous les Ehpad seront équipés d'un matériel de téléconsultation », expliquait le Premier ministre Edouard Philippe*. Certes, la population du territoire national est vieillissante et les besoins en soins croissent sans cesse. Versailles et ses alentours où se situe l'hôpital (Espic) de La Porte verte (gériatrie, oncologie, rééducation), ne fait pas exception. De plus, le département des Yvelines est sous-doté en offre de soins pour les personnes âgées. Cet établissement compte 100 lits de gériatrie aiguë et oncologie (le plus gros pôle de médecine de gériatrie d'Ile-de-France), 81 lits de SSR gériatrie et oncogériatrie, 75 lits de rééducation fonctionnelle, un scanner, un IRM et un pôle médico-social. Pour les dirigeants de cet établissement qui ont lancé leur projet de télémédecine fin 2017, la téléconsultation permet d'éviter les transferts en consultations spécialisées des personnes fragiles des Ehpad et de prévenir des transferts en urgences sur des situations complexes à des moments critiques. La phase de test se terminera fin novembre 2018 et le déploiement total fin mars 2019. Au final, 25 Ehpad (seuls 6 pour la phase de test), 6 médecins généralistes et les deux établissements de Versailles (Mignot et Porte verte) participent au projet. La montée en puissance du dispositif est progressive, les acteurs s'en emparent progressivement.

Troubles cognitifs

Quelles pathologies les Ehpad souhaitaient voir traitées en priorité en téléconsultation ? Ils ont exprimé des besoins en psychogériatrie sur les troubles du comportement, des avis d'urgence sur la gériatrie… D'autres aspects sont abordés en téléconsultation comme l'aide à la décision éthique (pluridisciplinaire) dans des situations complexes, la douleur, les plaies et escarres, les médicaments, l'aide à la juste prescription des antibiotiques, l'hygiène pendant les périodes épidémiques.

14 000 euros par an

Question financement, chaque Ehpad touche deux fois 14 000 euros. Tous les établissements qui participent au projet vont percevoir dans un premier temps 14 000 euros pour financer l'abonnement et l'équipement à Toktokdoc. Le prestataire demande 5 000 euros par an environ aux établissements pour son logiciel (équipement et maintenance compris). Quant à l'hôpital, il ne perçoit rien. Selon le directeur Thomas Lauret, « l'avenant 6 a plutôt été construit pour la médecine libérale. Après, le choix du gouvernement a été de dire qu'on l'applique tout de suite à l'hôpital. » Au final, l'établissement est rémunéré 25 euros avec une majoration spécialiste de 5 euros, pour une téléconsultation qui dure 45 minutes à une heure. Cette activité sera déficitaire pour les téléconsultations de gériatrie. Mais Thomas Lauret parie pour l'avenir sur une tarification adaptée ou une aide sous forme de subvention.

Maillage du territoire

Ce type innovant de prise en charge des patients âgés vient aussi en contradiction avec un autre point de l'avenant 6, le parcours de soins et le fait pour le patient de devoir voir son médecin traitant dans les douze mois précédant la téléconsultation. Selon le Dr Harboun, « c'est un maillage supplémentaire mais pas du parcours. Le nombre de patients âgés augmente alors que le nombre de médecins généralistes décroît. De nombreux patients en Ehpad n'ont pas de médecin traitant. Les médecins partent à la retraite et ne sont pas toujours remplacés. » Sans omettre le fait que le médecin coordonnateur de l'Ehpad n'a en général pas le droit de prescrire et doit faire appel au médecin traitant. En conséquence, les établissements attendent un réajustement des tarifs de consultation et de téléexpertise. Seront-ils entendus ?

 

 

* Discours du voyage du Premier ministre Edouard Philippe à Châlus le 13 octobre 2017.

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
Courrèges
Brève

Ma santé 2022, la dernière loi jupitérienne

C'était il y a très longtemps, en septembre dernier. La parole présidentielle, précieuse, permettait alors de construire une loi, Ma santé 2022, en veillant à noter point par point ce qui relevait du travail législatif. Aucune... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.