RDV médicaux en ligne, les cliniques séduites les premières

Arnaud Janin
| 04.04.2019

Les cliniques privées bien avant les hôpitaux ont adopté la prise de RDV en ligne déjà plébiscitée par les médecins libéraux qui y travaillent. Détails.

  • RDV

Carton plein pour Doctolib qui a contractualisé avec les trois grands groupes d’hospitalisation privée français, Ramsay Générale de santé, Elsan et Vivalto Santé. Avec encore une fois la prime au leader des start-up. Pourquoi l’hospitalisation privée est-elle déjà bien connectée à la prise de RDV en ligne alors que l’hôpital public ne commence sa mue que maintenant ? « Historiquement, explique le Dr Briquet (Vivalto Santé), les médecins libéraux sont les gestionnaires de leur secrétariat et donc de leur agenda alors qu’à l’hôpital, c’est l’administration qui les gère. » Ce groupe, Vivalto Santé pourtant le dernier groupe arrivé sur le marché de l’hospitalisation privée, est le premier à avoir adopté les RDV en ligne en 2014. « Comme nous sommes assez jeunes, nous sommes partis assez vite sur les actions de digitalisation et d’innovation, explique le Dr Emmanuel Briquet. Ce partenariat lie le groupe et les libéraux. Ainsi, nous avons des offres tarifaires plus intéressantes et du développement collaboratif avec eux via les API qui permettent à la fois de se connecter sur nos annuaires patients et sur les agendas électroniques des médecins. » Toutefois, ces derniers ne sont pas contraints à adopter Doctolib, ils ont la possibilité de choisir un autre opérateur, même s’ils prennent le leader en majorité.
Ensuite, c’est en 2016 que le leader Ramsay Générale de Santé (RGDS) a noué un partenariat avec la start-up. Grande différence avec les hôpitaux, les cliniques ne font en général que conclure des accords qui donnent des tarifs avantageux aux médecins qui y travaillent et qui sont presque tous des médecins libéraux. Ici chez Ramsay Générale de Santé, le tarif est à -30 %. Sur les 6 500 médecins du groupe, le taux de pénétration est de 56 à 57 % à avoir souscrit à l’offre Doctolib. Deux entrées sont possibles dans le système, soit via le médecin généraliste (adressage), par exemple pour un RDV ophtalmo, soit via le site du groupe directement : le patient clique alors sur « Trouver mon médecin » et a le choix entre prendre un RDV en ligne ou par téléphone. Selon Olivier Tarneaud, directeur du marketing et du digital de RGDS, « le patient a ainsi un accès rapide à un médecin. Quant au praticien, il évite les no shows [patients qui ne se présentent pas ou qui annulent au dernier moment] et peut renvoyer des sms à des patients pour leur indiquer qu’un créneau s’est libéré ».
Enfin, Elsan a dû attendre septembre 2018 pour adopter le système de prise de RDV en ligne. « Pourquoi nous n’avons pas pris Doctolib plus tôt ? Outre les deux derniers rapprochements avec Vedici/Vitalia puis avec Medipole partenaires en 2017, nous n’avons pas pu envisager la refonte de tous les sites du nouveau groupe et donc la mise en place du logiciel de prise de RDV avant le rapprochement des quatre groupes régionaux en un seul », explique Simon Lévy, directeur général adjoint en charge de la stratégie générale et du développement d’Elsan. Résultats, le nombre de praticiens sur la plateforme Doctolib a augmenté de 30 % en quatre mois.
Chacun des trois groupes privés insiste sur la sécurisation des données de santé. Par exemple, Vivalto Santé organise des réunions régulières avec Doctolib pour éviter les risques de fléchage et de captation de patients. Et surtout chacun essaie de se démarquer par toujours plus d’innovation au service du parcours du patient : Vivalto Santé a lancé en 2018 son application digitale « Vous » sur trois établissements, une application qui facilite le parcours du patient avant, pendant et après son hospitalisation. Le déploiement pour tous les établissements est planifié sur 2019. Quant à Elsan, il proposera dans les services à venir « Adel » (l’assistant digital Elsan), une appli permettant de compléter le suivi médical par un accompagnement digital intelligent pré-, per- et posthospitalisation, utilisable par les médecins comme par les patients. Les cliniques sont déjà sur les rails du parcours de soin 2.0. Une rude concurrence pour les hôpitaux publics. •

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
DS

Europe 2020, le dispositif sera-t-il prêt à temps ?

Pour respecter l'échéance du nouveau règlement européen l'année prochaine, le secteur s'est mis en ordre de marche. Pour autant, certains points demandent à être clarifiés. Et des adaptations législatives sont toujours en suspens. La météo annoncerait-elle un brouillard persistant ? Enquête. Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.