Biosimilaires, tout le monde en parle

Gilles Noussenbaum
| 14.11.2019

Chaque acteur depuis les industriels jusqu'aux patients livre sa prescription pour un « bon usage » des biosimilaires. Dans ce débat, les intérêts ne sont pas tous convergents. Description des rapports de force.

  • biosimilaires

Qui va gagner la bataille des biosimilaires ? Si les appétits sont féroces et les ambitions fortes, nul ne sait qui va remporter demain la mise. En tout cas, le marché français s'envole. En 2022, il devrait dépasser un milliard d'euros de chiffre d'affaires selon une étude récente de Xerfi Precepta*. Et ce serait le scénario le plus pessimiste. En 2019, les ventes s'établiront à 795 millions d'euros, soit une hausse de 50 % par rapport aux chiffres de 2018. Est-ce alors le gros lot pour tous ? Rien n'est moins sûr. Sur la ligne de départ, les concurrents sont fort nombreux. Mais combien seront-ils sur la ligne d'arrivée ? En attendant, les leaders mondiaux du générique comme Mylan, Teva, Sandoz (Novartis), Hospira (Pfizer) et le Français Biogaran (Servier) sont présents sur ce secteur.

Nouveaux entrants asiatiques

Mais ils sont concurrencés pour la première fois par des biotechs comme Biogen et Amgen présents dès leur création à l'hôpital. Pour renforcer s'il en était besoin la compétition, de nouveaux entrants venus d'Asie entrent dans la course. Un groupe indien USV, cité dans l'étude Xerfi, a récemment acquis Juta Pharma, une société allemande qui disposait d'une AMM européenne. Le Coréen Samsung Bioepis a préféré opter pour la collaboration. Il vient d'annoncer un nouvel accord de commercialisation avec Biogen qui porte sur les traitements leaders dans la DMLA, à savoir un candidat biosimilaire du Lucentis (Novartis) en phase III d'étude clinique et un autre biosimilaire de l'Eylea (Bayer) en cours de développement préclinique. Une fois les AMM délivrées par les autorités compétentes, les biosimilaires seront commercialisés sur le continent américain, en Europe, en Australie et au Japon. Il prolonge par ailleurs de cinq ans la distribution en Europe des anti-TNF. Dans la vieille Europe, des acteurs historiques se lancent également. L'Allemand Fresenius-Kabi, spécialiste des produits de perfusion, a inauguré en Suisse en septembre dernier un nouveau laboratoire dédié à la production de biosimilaires. Il avait acquis en 2017 la division biosimilaires de Merck KG aA. Si Pfizer affiche ses ambitions de devenir leader, il se heurtera à une vive résistance. On compte en France cinq biosimilaires du trastuzumab. À terme le nombre de biosimilaires de l'adalimumab devrait être encore plus important. Faudra-t-il utiliser alors l'arme fatale, à savoir les prix, pour conquérir des parts de marché et éliminer des concurrents ou protéger ses marges afin de réaliser de nouveaux investissements ?

Rôle marginal des officinaux

Derrière cette bataille industrielle incertaine qui se joue au niveau mondial se cache une querelle franco-française. Les pharmaciens d'officine face aux médecins avaient été les grands gagnants de l'implantation des génériques en France. Avec les biosimilaires, leur rôle est actuellement marginal. Le droit de substitution est autorisé par le pharmacien d'officine uniquement en initiation de traitement. Les syndicats de pharmaciens de ville auraient obtenu de la part du ministère des Solidarités et de la Santé l'ouverture d'une nouvelle concertation avec tous les acteurs concernés afin d'envisager de nouvelles modalités du droit de substitution en 2020. Ce combat paraît loin d'être gagné. En effet, un collectif d'associations de patients s'est opposé en octobre dernier à une éventuelle substitution en officine de médicaments biologiques. La prise de position est nette : « La possibilité d'interchangeabilité ne doit rester ouverte qu'au médecin et à lui seul. Comme l'initiation du traitement, elle doit se faire dans le cadre d'une décision médicale partagée. » Les associations avancent notamment l'impossibilité d'imputer un effet secondaire en cas de changement fréquent de traitement. L'assurance maladie est sur la même ligne de front. Son rapport 2020 sur l'évolution des charges et produits, met l'accent sur les spécialistes libéraux. Ils seraient intéressés à leur tour par la prescription des biosimilaires après les médecins hospitaliers (voir notre article du 18 juillet 2019). En tout cas, la ville est bien là où les marges de progression sont importantes et où se gagneront demain des parts de marché. Une certaine fébrilité ne devrait pas retomber…

* Le marché des biosimilaires à l'horizon 2022, parue le 02/09/2019, 137 pages, Réf : 9CHE29 / XR- 1 300 euros HT

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
cliniques
Brève

La FHP se dote d'une charte contre toutes les discriminations

Faudrait-il lancer un plan cliniques à l'image du plan hôpital de novembre dernier ? La crise financière frappe aussi le secteur privé. Lamine Gharbi, président de la FHP, lors d'une conférence de presse, a dressé un bilan de... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.