Google et les data santé, bizarre vous avez dit bizarre mon cher cousin ?

14.11.2019
  • Google

Une enquête fédérale américaine a été ouverte sur les efforts de Google pour recueillir des données sur la santé de millions d'Américains dans le cadre de son programme "Project Nightingale".

Le Bureau des droits civils du ministère de la Santé et des Services sociaux a ouvert l'enquête mardi, a rapporté le Wall Street Journal en date du 12 octobre dernier.

Le bureau « cherchera à en savoir plus sur cette collection massive de dossiers médicaux des individus pour s'assurer que les protections (Health Insurance Portability and Accountability Act de 1996 ou HIPAA) ont été pleinement mises en œuvre », a déclaré le directeur général Roger Severino dans un communiqué au journal.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux n'a pas souhaité répondre à la demande de commentaires formulée par CNN Business.

La collecte de données se fait dans le cadre d'un nouveau partenariat entre Google et Ascension, l'un des plus grands systèmes de santé catholique américain à but non lucratif du pays. Les deux sociétés ont confirmé qu'elles travaillaient ensemble à l'analyse des données sur les patients et qu'elles donnaient aux fournisseurs de soins de santé de nouvelles idées et suggestions sur les soins aux patients. Le Wall Street Journal a été le premier à rendre compte du projet lundi.

Le partenariat entre Google et Ascension intégrera les différents domaines de données de santé d'Ascension dans le cloud. Google a déclaré dans un billet de blog le lundi que le projet était un « arrangement d'affaires pour aider un fournisseur avec la dernière technologie, semblable au travail que nous faisons avec des dizaines d'autres fournisseurs de soins de santé ».

L’accord porte sur les 2600 sites de soins dont 150 hôpitaux et 55 maisons de retraites. Le contrat inclut l’identité des patients, leurs adresses, les diagnostics, les résultats d’examens complémentaires (biologie, imagerie, etc.). Officiellement, le but est de développer des outils d’intelligence artificielle pour conseiller aux médecins des examens complémentaires, des traitements et d’identifier des « anomalies » de parcours de soins. Les assureurs et autres payeurs sanitaires rêveraient d’un tel outil, mais certains disposent déjà des données de Facebook (darkposts) et autres plateformes pour compiler pas moins de 5 000 données en moyenne pour établir leurs marges, pardon leurs risques.

Le journal a rapporté qu'au moins 150 employés de Google avaient accès aux données des patients, mais Google a déclaré qu'il se conformait aux normes réglementaires, comme la HIPAA. Google a indiqué que les données de l'Ascension « ne peuvent être utilisées à d'autres fins que pour fournir les services que nous proposons dans le cadre de l'accord, et les données des patients ne peuvent et ne seront pas combinées avec les données des consommateurs de Google ».

Peu après la publication du rapport de la revue, les deux entreprises ont publié des déclarations.

Google a reconnu la nature délicate des données sur la santé des patients. Ascension, dont le siège se trouve à Saint-Louis, compte 2 600 installations réparties dans une vingtaine d'États. Il a déclaré que son partenariat avec Google respectait la loi. Mais le Journal a rapporté que certains employés de l'Ascension s'interrogeaient sur la façon dont Google partage et recueille les données des patients. On imagine la réponse à la question « Comment protégez-vous les données ? ». « De la meilleure façon qui soit, la meilleure ! » (in Les Aventuriers de l'Arche Perdue - 1981).

Ce n'est pas la première fois que Google fait l'objet d'un examen minutieux pour son traitement des données des utilisateurs.

Google a versé une amende record de 170 millions de dollars à la Federal Trade Commission pour éteindre sans jugement des accusations selon lesquelles YouTube aurait enfreint la loi lorsqu'elle a sciemment suivi et vendu des publicités destinées aux enfants.

L'essor de Google dans le domaine des soins de santé s'inscrit dans le contexte de l'intérêt croissant des entreprises de technologie, comme Apple, Amazon et Microsoft. Au cours des dernières années, les trois entreprises ont lancé des initiatives visant à moderniser le système de soins de santé américain.

On n’arrête pas le progrès, la sagesse et le désintéressement, c’est à voir.

 

Jean-Pierre Blum
Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
cliniques
Brève

La FHP se dote d'une charte contre toutes les discriminations

Faudrait-il lancer un plan cliniques à l'image du plan hôpital de novembre dernier ? La crise financière frappe aussi le secteur privé. Lamine Gharbi, président de la FHP, lors d'une conférence de presse, a dressé un bilan de... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.