Tribune Jean-Pierre BlumHuawei ouais ouais

17.12.2020

Le Washington Post du 9 décembre dernier, sous la plume de Drew Harwell et d’Eva Dow, rapporte que le géant industriel chinois Huawei participe avec Megvii, également chinois, à l’identification ethnique des populations par reconnaissance faciale. Ce système comprend un automate logiciel de reconnaissance des Ouighours dont le gouvernement chinois admet qu’il a mis en place des camps dits de « rééducation » pour 1 à 3 millions d’entre eux*. Décidemment pour Huawei, les droits de l’Homme c’est du chinois.

  • Huawei

Un document signé par Huawei découvert par l'organisme de recherche IPVM et partagé avec le Washington Post montre que l'entreprise de télécommunications Huawei a travaillé depuis 2018 par reconnaissance faciale ethnique avec la start-up Megvii pour tester un système de système de caméra intelligente qui scanne les visages dans une foule et estime l'âge de chaque personne, son sexe et son origine ethnique.

Si le système détecte le visage d'un membre de la communauté musulmane Ouighour, le rapport de test peut déclencher un « Uighur alarm » pour la police en Chine, le document, qui a été trouvé sur le site web de Huawei, a été supprimé peu après la révélation du Washington Post et d’IPVM. Vous trouverez ci-après sur le site IPVM le lien avec ce document urticant pour Huawei. Cette technologie adossée à plusieurs centaines de millions de caméras et du traçage par géolocalisation sur mobile joue un rôle croissant au sein des services de police en Chine.

Mais le document jette un éclairage sordide et cynique sur la façon dont Huawei, le plus grand fabricant de télécommunications mondial avec ZTE a contribué au développement de ce système d’identification policière, en fournissant à la fois intelligence artificielle, serveurs, caméras, cloud computing, infrastructures et autres outils de la technologie des systèmes d’information.

John Honovich, le fondateur d’IPVM, une société basée en Pennsylvanie qui examine et enquête sur du matériel de vidéosurveillance, a déclaré que le document montrait le caractère « terrifiant » et totalement « amoral » de cette technologie discriminatoire. Il ajoute : « Ce n'est pas une entreprise isolée. C'est systématique. »

Dans un rapport, Huawei et Megvii ont annoncé trois systèmes de surveillance en utilisant la technologie des deux entreprises au cours des deux dernières années. Les deux sociétés ont reconnu la véracité du document produit par IPVM. Interrogé, Huawei a répondu : « Ce rapport n'est qu'un test et il n'a pas été appliqué dans le monde réel. Huawei ne fournit que des produits d'usage général pour ce genre de test. Nous ne fournissons pas d'algorithmes ou d'applications personnalisés. Huawei opère en conformité avec les lois et les réglementations de tous les pays et régions où nous sommes présents, et ne fournit que des produits et des solutions TIC qui répondent aux normes industrielles reconnues ».

On va les croire les yeux fermés… les oreilles closes et le nez bouché. Mais que fait le lobbyiste de Huawei, mais humaniste Jean-Marie Le Guen que l’on voit pourtant courir les plateaux télévisés pour défendre son employeur ?

* https://www.liberation.fr/planete/2018/10/14/ouighours-la-chine-reconnai...

** https://ipvm.com/reports/huawei-megvii-uygur

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
Covid-19
Brève

BilletVaccins, la France en retard, ah bon ?

Rarement une polémique n'aura autant été si prévisible. Et anticipée par Olivier Véran lorsqu'il nous avait accordé un entretien en novembre dernier. Et pourtant, rien n'a été fait pour enrayer le processus en posant sur la table... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.