Brève

Vive la politique (de santé) ?

Gilles Noussenbaum
| 07.06.2018
  • visuel

Les bons comptes ne font pas toujours les bons amis… l’assurance maladie à la fin de l’année devrait afficher un déficit limité à 500 millions d’euros. En 2017, il s’élevait encore à 4,9 milliards. La longue marche vers le retour à l’équilibre s’accélère. Un excédent (3,3 milliards d’euros) est même programmé en 2019. Cette bonne fortune s’explique d’abord par l’augmentation des recettes portées par une croissance économique meilleure que prévu. La hausse du tabac contribue également à cette embellie. Pour autant, le timing de cette excellente nouvelle à quelques jours des annonces gouvernementales n’est peut-être pas optimal. Comment exiger toujours plus d’effort chez les personnels hospitaliers alors que les comptes s’améliorent ? La réforme promise par Emmanuel Macron peut-elle être a minima alors que s’ouvre une fenêtre de tir inespérée pour un changement d’envergure du système de santé ? En tout état de cause, la santé ne relève plus du seul domaine technique où un consensus peut être trouvé mais bien de la politique qui exige des choix volontaires. Vive la politique ?

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
Covid-19

Henri Bergeron (CNRS), les quatre facteurs qui ont permis aux hospitaliers de collaborer

Comment expliquer la panique des élites, la prolifération des structures nouvelles et la mobilisation des soignants ? Les réponses d'Henri Bergeron dans son livre qui sort ce 8 octobre, renouvellent le regard sur la crise sanitaire, au risque de heurter. Verbatim. Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.