Brève

Liste en sus, une progression contenue à 3 % en 2016

Gilles Noussenbaum
| 28.06.2018
  • liste en sus

En l’absence d’innovation thérapeutique marquante, les dépenses de la liste en sus ont progressé de 3 % par rapport à 2015. Elles se sont élevées à 4,9 milliards d’euros. L’hôpital public et le secteur privé non lucratif sont à l’origine des prescriptions de la liste en sus avec une augmentation de 2,2 % des dépenses. En revanche elles se contractent dans les cliniques (– 3% en 2016). Sans surprise, l’oncologie et les immunosuppresseurs expliquent 75 % de la facture. En 2016, le bévacizumab occupait la première place du podium suivi par l’infliximab. Le poste des dispositifs médicaux est également très dynamique avec une hausse de 5,6 % sur l’année. Les implants orthopédiques représentent 43 % des dépenses, suivis par les implants cardiaques et vasculaires d’origine synthétique (21 %) et les stimulateurs cardiaques (11 %).

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
Kouchner
Brève

Bernard Kouchner : "Je suis devenu ministre pour pouvoir faire accepter par l’ONU le droit d’ingérence"

Vous étiez un médecin célèbre avant d’entrer en politique au plus haut niveau. La politique n’est-elle rien d’autre que la continuation de la médecine par d’autres moyens ? J’ai toujours participé aux combats et aux débats... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.