Brève

Standard and Poors reste vigilante par rapport aux comptes de l'AP-HP

Arnaud Janin
| 11.07.2018
  • AP HP

Mots clés

Comme pour les années précédentes, l'agence de notation Standard and Poors ne baisse pas la note de l'Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), estimant que l'Etat viendrait soutenir le groupe hospitalier en cas de besoin. Sans ce soutien et si la situation financière de l'AP-HP venait à se détériorer fortement, la note pourrait être abaissée à l'avenir. Au-delà des notations et des perspectives, l'agence commente les chiffres du "plus important groupe hospitalier français et européen". Alors que les recettes d'exploitation stagnent du fait d'une très faible croissance de l'activité médicale et des baisse des tarifs (3 % en 2017 contre 4 % en 2016 et 5 % en 2015), les dépenses d'exploitation croissent de 2 %. Autre mauvaise nouvelle, sans cessions d'actifs (qui avaient permis des résultats positifs en 2016), le résultat net négatif affiché est de 176 millions d'euros. D'où également une capacité d'autofinancement (CAF) en forte baisse à 93 millions en 2017 contre 195 millions en 2016. Cette faible CAF ne couvre ainsi que 0,7 fois le remboursement du capital de la dette (contre 1 fois en 2016). Cette dernière augmente de 283 millions d'euros en 2017 pour atteindre au total 2,66 milliards d'euros. Quant aux dépenses d'investissement, elles restent stables à 410 millions en 2017 (contre 407 millions en 2016). Les perspectives fixées par l'Agence sont partagées. D'une part elle table sur une amélioration graduelle de la marge opérationnelle et de l'autofinancement d'ici 2020. Raisons invoquées, une légère baisse des tarifs et un contrôle accru des dépenses. D'autre part, S&P anticipe une hausse de l'endettement entre 2018 et 2020 à cause d'investissements plus importants, même si ces derniers seront financés par des cessions d'actifs et des cofinancements de l'Etat.

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
GE
Brève

General Electric, malade, se déleste de sa branche santé

Après Siemens qui avait mis en bourse sa division santé, c'est au tour du géant américain General Electric de se délester de sa branche santé. Loin d'être malade, cette division générait des profits en progression continue. Elle... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.