Brève

Près d'un salarié du privé sur quatre renonce à un arrêt maladie prescrit

Arnaud Janin
| 29.11.2018
  • arrêt de travail

Près d'un salarié du privé sur quatre s'étant vu prescrire un arrêt maladie en 2018 y a renoncé de façon partielle ou totale, un chiffre en augmentation, selon une étude sur l'absentéisme au travail publiée mercredi par Malakoff Médéric. Au total, 42 % des personnes se sont vues prescrire un arrêt maladie au cours des douze derniers mois. Le chiffre des personnes qui ne l'ont pas respecté (23 %) est plus important que celui de 2016 (19 %). Dans le détail, 8 % des arrêts n'ont pas été pris en totalité et 15 % pas du tout (versus 12 % pas du tout en 2016). Ce sont plutôt les dirigeants (48 %) et les cadres (22 %) qui suivent cette tendance, ainsi que les salariés en télétravail (24 %). Ensuite, près de deux arrêts maladie sur cinq sont liés au contexte professionnel comme les TMS ou l'épuisement. Et surtout la durée moyenne des arrêts de plus de trente jours a augmenté de 10 % en quatre ans, ce qui augmente mathématiquement le montant des indemnités journalières. Pour freiner l'augmentation du coût des arrêts maladie, le Premier ministre Édouard Philippe a missionné des experts qui privilégient plusieurs pistes de réflexion, dont le télétravail.

 

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
Covid-19
Brève

BilletVaccins, la France en retard, ah bon ?

Rarement une polémique n'aura autant été si prévisible. Et anticipée par Olivier Véran lorsqu'il nous avait accordé un entretien en novembre dernier. Et pourtant, rien n'a été fait pour enrayer le processus en posant sur la table... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.