Brève

TribuneAmélioration de l’état de santé des patients, l'efficacité des solutions numériques n'a pas encore été prouvée

02.05.2019
  • blum

Un examen de la recherche sur les nouvelles solutions de santé numériques par une équipe de chercheurs en politique de santé de Johns Hopkins Hospital, Armstrong Institute for Patient Safety and Quality (Baltimore), Harvard Medical School, Massachusetts General Hospital, Brigham and Women’s Hospital (Boston), University of Rochester Medical Center (New York), révèle que l'efficacité de ces solutions demeure largement surévaluée en ce qui concerne l'amélioration de l'état de santé des patients. Quelle est l'efficacité réelle des nouvelles solutions de santé numériques - tant pour les consommateurs que pour les fournisseurs - incluant les soins, les diagnostics, les hôpitaux, la santé personnelle, l'assurance maladie, les analyses, le big data, les applications mobiles, les objets portables connectés, les services de données du Cloud, le bien-être, les analyses prédictives, les appareils mobiles, le forage de données, la biométrie et les soins à domicile - qui sont censés à avoir un impact positif sur la santé ? La réalité est, après étude scientifique documentée, que ces solutions n'en sont encore qu'à leurs débuts.

Dans ce contexte, un groupe de chercheurs en politiques de santé vient de publier un article dans le numéro de janvier 2019 de Health Affairs. Les chercheurs en politique de santé, Kyan Safavi, Simon C. Mathews, David W. Bates, E. Ray Dorsey et Adam B. Cohen, ont rédigé un article intitulé « Top-Funded Digital Health Companies And Their Impact On High-Burden, High-Cost Conditions », dans lequel ils examinent les méthodes de leurs collègues concluant à l'efficacité des solutions numériques.                                                                                                                

Un contexte argenté

Il existe un réel potentiel collectif et, comme le soulignent les auteurs, les entreprises du secteur de la santé numérique sont prometteuses pour relever les grands défis en matière de soins de santé, bien qu’encore peu de publications aient été publiées sur leur impact. Nous avons identifié les vingt principales sociétés privées américaines de santé numérique financées par les fonds les plus importants pour analyser leurs produits et services, les données probantes connexes examinées par des pairs et le potentiel d'impact sur les patients atteints de maladies lourdes. On constate globalement les faits suivants :

L'analyse des données (y compris l'intelligence artificielle et le big data) est le type de modèle d’affaires le plus courant (revente de données). Les entreprises qui produisent des biocapteurs sont celles qui disposent des financements les plus importants. Les publications sont concentrées dans un petit nombre d'entreprises. Les volontaires en bonne santé sont les individus les plus souvent étudiés. Peu d'études ont porté sur des populations à forte charge de morbidité et peu ont mesuré leur impact en termes de résultats, de coûts ou d'accès aux soins.

Ces données suggèrent que les grandes entreprises de santé numérique n'ont pas encore démontré un impact substantiel sur le fardeau ou le coût des maladies dans le système de soins de santé américain. Nos constatations indiquent l'importance de l’écosystème, en ce qui concerne les politiques et le marché de la consommation, qui encourage le développement de produits fondés sur des données probantes et à fort impact.

Les ingrédients nécessaires à l'adoption significative et généralisée des technologies numériques de la santé par les patients et les prestataires de soins se mettent en place :

- 70 % des médecins déclarent utiliser des appareils mobiles ou intelligents dans le cadre de leur pratique

- 80 % de la population américaine a utilisé au moins une application ou technologie numérique en santé mais encore plus n’ont pas renouvelés l’expérience.

D'autre part, l’analyse de l'efficacité de ces solutions numériques constitue une tâche gigantesque. L'industrie de la santé numérique est devenue plus encombrée et diversifiée et parallèlement mieux – voire très bien - financée. Une étude réalisée en 2016 a révélé que 259 000 applications numériques de santé étaient disponibles pour les consommateurs. Les consommateurs du monde entier devraient dépenser 49 milliards de dollars d'ici 2020 pour des solutions de santé numériques. Un nombre record (296) d'entreprises privées de santé numérique ont reçu des fonds de capital de risque en 2016, soit plus de 4,2 milliards de dollars cette année-là et près de 6 milliards l'année suivante. Au fur et à mesure que les entreprises de santé numérique se sont développées, les technologies numériques ont suscité l'intérêt des organismes gouvernementaux américains, comme en témoigne la « Precision Medicine Initiative » de l'administration du président Barack Obama et le « Digital Health Program » de la Food and Drug Administration (FDA).

Qu'ont donc appris ces chercheurs ?

Bien que les produits de santé numériques aient le potentiel d'aider à gérer les populations à forte charge de morbidité, de mortalité et de coûts les plus élevés du système de soins de santé américain, « Parmi un sous-ensemble des principales entreprises privées de santé numérique aux États-Unis, nous avons trouvé relativement peu d'études publiées dans la littérature examinée par des pairs (presse à comité de lecture) ». La plupart de celles que nous avons trouvées ont évalué le produit ou le service chez des patients en bonne santé ; les populations à fardeau élevé étaient moins souvent ciblées. Ces résultats permettent de supposer que les produits et services de santé numériques des grandes entreprises ont eu un impact limité sur le fardeau et le coût des maladies dans le système de soins de santé américain sous leur forme actuelle et leur mise en œuvre. Nous n'avons trouvé aucune étude qui évalue l'efficacité en termes de réduction des coûts ou d'amélioration de l'accès aux soins. De plus, les études sur l'efficacité clinique comportant un niveau élevé de données probantes étaient rares - c'est-à-dire qu'il y avait peu d'essais cliniques comparatifs randomisés, prospectifs et doubles aveugles démontrant l'efficacité clinique aux termes des règles de la recherche scientifique -. Cela peut expliquer pourquoi les études ont été largement publiées dans des revues à faible impact. Les organisations de soins de santé qui tentent d'identifier les produits numériques à acheter pourraient trouver ces données essentielles. Nous pensons que les résultats de notre revue de la littérature prouvent l'importance de la création d’un environnement qui encourage l'industrie de la santé numérique à créer des produits et des services axés sur l'impact et fondés sur des données probantes et qui offrent une valeur prioritaire aux patients et au système de soins de santé. Deux domaines que les décideurs peuvent aborder pour favoriser un tel environnement sont la clarification des exigences réglementaires pour ces technologies et le développement d'incitations qui conduisent à un marché plus solide. »

Demain

Pour l'avenir, les chercheurs notent que pour encourager l'innovation parmi les entreprises visant à résoudre des défis critiques dans le système de soins de santé, la FDA a créé plusieurs documents d'orientation pour les développeurs d'applications visant à clarifier la portée des produits nécessitant une approbation et les normes que ces produits doivent respecter. Scott Gottlieb, commissaire général de la FDA, a souligné « son espoir qu'une telle clarté aiderait à soutenir la création de technologies numériques qui, par exemple, permettraient aux patients de surveiller et de gérer leur état de santé chronique, de prendre de meilleures décisions cliniques, de poser des diagnostics et de recevoir des traitements, et de faire face aux crises de santé publique ».

 

Les auteurs indiquent « qu'un autre facteur pourrait expliquer pourquoi les entreprises de santé numérique de notre étude ont démontré peu d'impact sur les paramètres clés des soins de santé ou sur les populations de patients lourdement touchées ; ce pourrait être la nature complexe et difficile du marché de la clientèle pour les produits présentant de telles caractéristiques. En revanche, les produits de bien-être qui utilisent une approche directe au consommateur peuvent présenter des opportunités de marché plus importantes. »

En fin de compte, les auteurs écrivent que « La tendance d'achat fondée sur la valeur pourrait encourager le marché à produire davantage de produits de santé numériques de grande valeur et fondés sur des données probantes. Les achats fondés sur la valeur devraient inciter les fournisseurs à rechercher des méthodes qui améliorent les résultats et réduisent les coûts. Le Medicare Access and CHIP Reauthorization Act (MACRA) de 2015 représente la loi fédérale la plus solide adoptée récemment pour encourager le passage à des soins fondés sur la valeur probante. Si l'achat fondé sur la valeur devient le modèle dominant, les outils de santé numérique qui ont une valeur fondée sur des preuves seront en demande. Cependant, il n'est peut-être pas encore réaliste de s'attendre à ce que les achats fondés sur la valeur stimulent les entreprises de santé numérique, car les modèles de rémunération à l'acte continuent à dominer le remboursement des soins aux patients. Par conséquent, pour encourager l'adoption de produits axés sur l'impact dans le système de soins de santé, plusieurs approches pourraient servir de pont pendant que les achats axés sur la valeur se développent ».

So what ?

La santé numérique représente un domaine nouveau en expansion sans doute prometteur pour relever les grands défis des soins de santé dans les populations de patients aux coûts et au fardeau élevés. « Dans cette étude d'observation transversale des entreprises de santé numérique les mieux financées, nous avons constaté que peu d'entreprises ont étudié leurs produits et services dans des populations à coûts et à charges élevés ou mesuré leur impact en termes d'indicateurs de santé clés comme les résultats, les coûts ou l'accès. La plupart des études portaient sur des patients en bonne santé, ce qui est conforme à l'approche marketing directe du consommateur que de nombreuses entreprises de santé numérique ont adoptée pour mettre leurs produits sur le marché rapidement ».

Ces résultats pointent l'importance de la création d’un environnement qui encourage l'industrie de la santé numérique à créer des produits et des services axés sur l'impact et fondés sur des données probantes et qui offrent une valeur ajoutée réelle pour les pathologies des patients à coûts élevés et à charges élevées. Deux domaines dans lesquels les décideurs politiques devraient contribuer à favoriser un tel environnement sont la clarification du paysage réglementaire autour de ces produits et l'encouragement d'un marché de patients axé sur l'impact utile.

Jean-Pierre Blum
Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
Covid-19

Henri Bergeron (CNRS), les quatre facteurs qui ont permis aux hospitaliers de collaborer

Comment expliquer la panique des élites, la prolifération des structures nouvelles et la mobilisation des soignants ? Les réponses d'Henri Bergeron dans son livre qui sort ce 8 octobre, renouvellent le regard sur la crise sanitaire, au risque de heurter. Verbatim. Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.