Brève

RétropédalageIntrusion dans les locaux de la Pitié, le mea culpa en demi-teinte de Martin Hirsch

Arnaud Janin
| 09.05.2019
  • pitié

Mots clés

Le vent a tourné. Après avoir publié un tweet mercredi 1er mai dénonçant « une bande de manifestants/casseurs dans une tentative d'intrusion violente » et annoncé vouloir déposé plainte, le patron de l'AP-HP Martin Hirsch, a, comme la ministre Agnès Buzyn jeudi, modéré ses propos. Dans un long message au personnel des hôpitaux parisiens, il a expliqué qu'il n'avait jamais qualifié d'« attaque » l'intrusion de manifestants à la Pitié-Salpêtrière le 1er mai dernier. Et de renforcer ses dires : « Ce n'était pas un mot que nous avons utilisé ni inspiré. Nous avons parlé de tentative d'intrusion, ce qui est exact, mais jamais de personnel agressé. » Après cette polémique dans laquelle les pouvoirs publics comme beaucoup de médias se sont engouffrés, les responsables de tous ordres cherchent à calmer le jeu. « Ce message, au moment où l'émotion était la plus forte, s'appuyait sur des témoignages qui m'étaient parvenus à chaud », s'est encore justifié Martin Hirsch. En faisant référence aux visites des ministres de l'Intérieur et de la Santé pour se rendre au chevet d'un policier blessé, il a indiqué que la direction n'a pas « recherché à ce que les ministres utilisent cet événement ».

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.