Brève

Elections à l'hôpital public, le front commun inédit INPH, CMH, SNAM-HP

Gilles Noussenbaum
| 06.06.2019
  • PH

Le dégagisme s'attaquerait-il aussi au syndicalisme médical hospitalier ? Le front commun intersyndical INPH-CMH- SNAM-HP qui s'est constitué à l'occasion des élections professionnelles programmées du 5 juin au 2 juillet prochain réfute la menace. Pour autant, « l'heure est grave, reconnaît Rachel Bocher, présidente de l'INPH, et pas seulement pour les urgences ». L'hôpital public traverse désormais une triple crise, financière, démographique, institutionnelle. Pour y répondre, chaque intersyndicale met en avant sa punchline avec le risque de brouiller le message. Pour l'INPH, « la lutte finale » est celle du statut. L'intersyndicale défendra jusqu'au bout la nomination des praticiens hospitaliers au niveau national et non pas local. Ce serait l'instrument clé pour renforcer l'attractivité si souvent proclamée des carrières à l'hôpital. En passant, Rachel Bocher raille ces « réunions interminables, dont l'objectif premier serait en fait de gérer nos impatiences. Et où rien en revanche ne serait mis sur la table concernant les revalorisations financières et la remédicalisation de la gouvernance ».

Norbert Skurnik (CMH) incarne dans cette triple alliance la ligne politique. En substance, les syndicats ouvriers (CGT, FO, CFDT) souhaiteraient investir la citadelle médicale aujourd'hui représentée, par les syndicats, la CME, le Conseil de l'Ordre et les sociétés savantes. Et certaines intersyndicales serviraient en fait de cheval de Troie. En ligne de mire l'ensemble des syndicats visent le conseil supérieur des personnels médicaux créé par la loi Touraine. Le risque serait de voir la loi du nombre s'imposer comme critère principal. Les spécialités dotées de nombreuses ressources humaines comme les urgences ou l'anesthésie-réanimation imposeraient leurs vues au détriment des neurochirurgiens ou des radiothérapeutes par exemple.

Quant au Snam-HP, il défend une ligne syndicale plus classique, consensuelle dans la défense de l'intérêt général, avec un sens aigu de la formule du type : « Il faudrait ajuster les financements aux missions et non plus les missions aux financements. »

Ces mots d'ordre, cette dramatisation des enjeux mobiliseront-ils cette fois-ci davantage les électeurs qui ne se précipitent guère d'habitude pour aller voter ?

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
Sondage

Redoutez-vous une troisième vague ?

Véran

Olivier Véran : « Je revendique le rôle régalien de la gestion de la crise sanitaire »

Le ministre des Solidarités et de la Santé vient d'accorder un grand entretien à Décision Santé. Dans l'extrait que nous publions aujourd'hui, il nous livre son regard sur la démocratie santaire. Lire l'intégralité dans le journal Décision et Stratégie Santé N°323 hiver 2020. Commenter

  • Brève

    La citation de la semaine

    Covid-19

    « J'ai un problème, c'est que je suis hypocondriaque, donc je me méfie de tout, y compris des vaccins. » François Baroin, président de l'As... Commenter

  • Brève

    Le chiffre de la semaine49 milliards, c'est le déficit de la Sécurité sociale en 2020

    Sécu

    L'année 2020 demeurera comme une année hors norme pour les économistes en matière de déficit de la Sécurité sociale. Il est désormais... Commenter

  • Hold up

    Olivier Véran aurait-il pratiqué un hold-up sur la santé en France ? Dans un paysage médiatique dominé par les grandes gueules, il s’est... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.