Brève

Pas de dysfonctionnement au Samu de Mulhouse, selon l'ARS

Arnaud Janin
| 03.10.2019
  • samu

« La régulation a fonctionné normalement », a déclaré Viriginie Cayré, DG déléguée de l'ARS Grand Est. Cela s'est passé en juin. Marie-Line Descloix a été retrouvée morte dans son appartement de Mulhouse (Haut-Rhin) par un voisin. Que s'est-il passé exactement ? Dix jours plus tôt, son agence d'intérim veut lui confier une mission. Mais la comptable refuse, se plaint de douleurs à la poitrine, au cœur et au bras gauche. Des symptômes qui poussent la directrice d'agence à appeler le 15. Mais aucune ambulance ne se déplacera au domicile de la sexagénaire, qui vivait seule. Le rapport réalisé d'après une enquête administrative de l'ARS pendant l'été sera bientôt remis. Pour l'instant, d'après la DG de l'ARS, l'autopsie pratiquée sur le corps a confirmé que la patiente était décédée des suites d'un arrêt cardiaque. En attendant, une information judiciaire a été ouverte afin d'enquêter sur les éventuelles responsabilités, a indiqué le parquet de Mulhouse le 30 septembre dernier. Selon la procureure Edwige Roux-Morizot, « il n'apparaît pas qu'il puisse y avoir formellement un dysfonctionnement puisque effectivement un opérateur du Samu a passé immédiatement un médecin qui a interrogé tout à fait normalement cette femme ».

Naomi Musenga

Cette affaire à Mulhouse n'est pas sans rappeler celle de Naomi Musenga décédée aux urgences de l'hôpital de Strasbourg après avoir été raillée par une régulatrice du Samu. France Info relate un autre événément similaire qui s'est passé avec un Alsacien auquel le médecin du Samu, appelé à deux reprises, lui avait dit de prendre du paracétamol, alors qu'il faisait un infarctus du myocarde. L'Alsacien avait alors pris sa voiture et s'était rendu dans la clinique du Diaconat de Mulhouse, dans laquelle il avait été opéré d'un infarctus du myocarde. Il en garde aujourd'hui de graves séquelles. Et a porté plainte contre le Samu en mai 2016.

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
SMPS
Brève

Jérémie Sécher (SMPS) : « Il faut une réponse concrète à l'urgence des situations »

Le SMPS s'ouvre désormais aux médecins. S'agit-il d'une révolution ? En fait nos statuts depuis plusieurs années nous permettent d'accueillir des médecins en situation de management. De plus il est apparu au cours des dernières... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.