Brève

Emanuel Loeb, Jeunes médecins : Une décision inexplicable de la DGOS

Arnaud Janin
| 28.11.2019
  • Loeb

Pourquoi êtes-vous en colère avec les autres intersyndicales de PH contre la dernière décision de la DGOS ?

Katia Julienne, directrice générale de la DGOS, vient de trancher en refusant la présidence du comité stratégique aux médecins, arbitrant ainsi ce point à la faveur des directeurs de l'établissement porteur du GHT. Cette décision a été prise malgré les nombreuses discussions préalables et faisant ainsi fi des avis unanimes des organisations professionnelles. Au niveau du GHT sera mise en place la commission médicale de groupement (CMG). Or il avait été question dans le cadre du groupe de travail sur la gouvernance hospitalière que le président de la CMG issu de la communauté médicale du groupement soit aussi le président du comité stratégique (directoire du GHT). Le gouvernement a souhaité renforcer la gouvernance médicale, mais ce n'est absolument pas la réalité. De même, dans Ma Santé 2022 et dans le plan hôpital, la ministre a proposé une codécision entre directeur d'établissement et président de CME sans rien préciser sur qui tranchera à la fin en cas de désaccord entre les deux.

Pourquoi le pouvoir a-t-il pris cette décision ?

Nous pouvons y voir deux explications. Soit la décision n’appartient pas à la ministre de la Santé et cela signifierait qu’il s’agit d’une nomination d'affichage, soit, et c’est bien pire, cette décision a été arbitrée par Agnès Buzyn et cela montrerait qu’une ancienne membre de la communauté médicale aujourd’hui ministre n’a pas saisi les enjeux de la mauvaise gouvernance hospitalière.

Comment expliquez-vous ce passage en force ?

Cela va dans la même logique que la lettre adressée par Agnès Buzyn aux hospitaliers le 26 novembre où elle a une fois de plus shunté les corps intermédiaires. Cela montre bien qu'il n'y a plus de dialogue entre le ministère et les organisations représentatives. Ce type d'attitude aboutit à des mouvements de type gilets jaunes. Les personnes représentées par ces corps ont l'impression de ne plus être représentées ni écoutées nulle part et donc se mobilisent de manière spontanée, comme on l'a vu avec le collectif interurgences. En se fondant à tort sur le fait qu'il y a une déconnexion entre les organisations syndicale et les représentés, le pouvoir compte ainsi sur le fait qu'il peut passer en force. Selon nous, c'est une erreur.

 

 

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
cliniques
Brève

La FHP se dote d'une charte contre toutes les discriminations

Faudrait-il lancer un plan cliniques à l'image du plan hôpital de novembre dernier ? La crise financière frappe aussi le secteur privé. Lamine Gharbi, président de la FHP, lors d'une conférence de presse, a dressé un bilan de... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.