Brève

TribuneL’enquête fédérale anti-trust contre Google qui augure d’un mouvement systémique contre les GAFAM

13.02.2020
  • Blum

Cinquante États et territoires américains, le Texas en tête, ont annoncé une enquête sur le comportement monopolistique potentiel de Google.

L'annonce de lundi a suivi de près celle d'un groupe distinct d'États, vendredi, qui a révélé une enquête sur la domination du marché par Facebook. Les deux enquêtes élargissent le contrôle antitrust des grandes entreprises technologiques au-delà des enquêtes fédérales et du Congrès et des mesures d'application prises par les régulateurs européens.

Le procureur général du Nebraska, Doug Peterson, un républicain, a déclaré lors d'une conférence de presse tenue à Washington que le rassemblement de 50 procureurs généraux envoie un « message fort à Google ».

 

La Californie et l'Alabama ne font pas partie de l'enquête, bien qu'elle inclue le district de Columbia et Porto Rico. Tara Gallegos, porte-parole du procureur général de Californie, Xavier Becerra, a refusé de confirmer ou d'infirmer toute enquête de l'État et ne commentera pas l'annonce des autres États.

La société mère de Google, Alphabet, a une valeur marchande de plus de 1 000 milliards de dollars et contrôle tellement de facettes de l'internet qu'il est pratiquement impossible de surfer longtemps sur le web sans tomber sur au moins un de ses services. La domination de Google dans la recherche et la publicité en ligne lui permet de cibler des millions de consommateurs pour leurs données personnelles.

Google s'attend à ce que les autorités de l'État interrogent l'entreprise sur des enquêtes similaires menées par le passé aux États-Unis et dans le monde, a écrit vendredi le premier vice-président des affaires mondiales, Kent Walker, dans un billet de blog.

Les critiques soulignent souvent que l'acquisition par Google de la société de publicité en ligne DoubleClick en 2007 est un élément clé de sa domination dans le domaine de la publicité.

Les autorités antitrust européennes ont infligé à Google une amende de 1,7 milliard de dollars en mars pour avoir injustement inséré des clauses d'exclusivité dans les contrats avec les annonceurs, désavantageant ainsi ses concurrents dans le domaine de la publicité en ligne.

Selon les experts, les autorités antitrust pourraient envisager de forcer Google à se séparer de la recherche en tant que société distincte. Les régulateurs pourraient également se concentrer sur des domaines tels que le site vidéo populaire de Google, YouTube, une acquisition que Google a réalisée en 2006.

Google soutient depuis longtemps que, bien que ses activités soient importantes, elles sont utiles et bénéfiques pour les consommateurs.

« Google est l'une des entreprises américaines qui dépensent le plus en recherche et développement, faisant des investissements qui stimulent l'innovation », a écrit M. Walker. « Les choses qui étaient de la science-fiction il y a quelques années sont maintenant gratuites pour tout le monde - traduire n'importe quelle langue instantanément, s'informer sur les objets en pointant son téléphone, obtenir une réponse à presque toutes les questions que l'on peut se poser ».

Mais les régulateurs et les décideurs politiques fédéraux et étatiques se préoccupent de plus en plus non seulement de l'impact de l'entreprise sur les utilisateurs ordinaires d'Internet, mais aussi sur les petites entreprises qui s'efforcent de rivaliser sur les marchés de Google.

« D'un côté, on pourrait dire que Google domine parce qu'il est bon », a déclaré Jen King, directrice du respect de la vie privée au Center for Internet and Society de Stanford. « Mais en même temps, il a créé un écosystème où toute l'expérience Internet des gens est transmise par la page d'accueil de Google et les autres produits de Google ».

Les experts estiment que l'enquête pourrait se concentrer sur au moins un des trois domaines qui ont retenu l'attention des régulateurs.

La publicité en ligne pourrait être un bon point de départ. Google contrôle 31,1 % du budget publicitaire numérique mondial en 2019, selon les estimations d'eMarketer, écrasant Facebook, qui occupe la deuxième place. Et de nombreux petits annonceurs ont fait valoir que Google a une telle emprise sur le marché qu'il devient un système de tout ce que Google dit, va, parce que l'alternative pourrait être de ne pas atteindre les clients. « Les annonceurs eux-mêmes craignent que Google exerce beaucoup trop de pouvoir pour fixer les tarifs et favoriser leurs propres services par rapport aux autres », a déclaré M. King. Un autre élément visiblement énorme de l'activité de Google est sa plateforme de recherche, qui est souvent le point de départ de millions de personnes lorsqu'elles vont en ligne. Google éclipse les autres concurrents et a fait l'objet de critiques sévères dans le passé pour avoir favorisé ses propres produits par rapport aux concurrents en tête des résultats de recherche. Les régulateurs européens ont également enquêté dans ce domaine, et ont finalement infligé une amende à Google pour avoir promu son propre service d'achat. Google a fait appel de cette amende. Le système d'exploitation pour smartphone de Google, Android, est le plus utilisé au monde. Les régulateurs européens ont infligé une amende de 5 milliards de dollars à Google pour des tactiques impliquant Android, constatant que Google a forcé les fabricants de smartphones à installer des applications Google, étendant ainsi sa portée. Depuis, Google a permis d'offrir plus d'options de navigateur et d'applications de recherche alternatives aux téléphones européens Android.

Le ministère américain de la justice a ouvert une enquête approfondie sur les grandes entreprises technologiques cet été, afin de déterminer si leurs plateformes en ligne ont nui à la concurrence.

La stratégie consistant à tuer dans l’œuf toute innovation de rupture même utile au profit des mastodontes de la rente est connue de longue date et la santé ne fait pas exception.

 

 

Jean-Pierre Blum
Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
Véran
Brève

billetOlivier Véran pouvait-il ne pas être ministre?

Certains médecins s'imaginent de devenir patron dans leur service. D'autres moins nombreux rêvent de devenir ministre de la Santé, un portefeuille souvent réservé au corps médical. Olivier Véran, promis par tous à un bel avenir,... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.