Brève

La citation du jour

Arnaud Janin
| 03.04.2020

"Ceux qui sont aujourd'hui hospitalisés, ceux qu'on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui, au début du confinement, ne l'ont pas respecté, c'est très simple, il y a une corrélation très simple"

  • Covid-19

Des politiques et des médecins ont demandé la démission du préfet Lallement, malgré ses excuses : le préfet de police de Paris a une nouvelle fois créé la polémique vendredi, cette fois en établissant un lien entre l'hospitalisation des patients et le non-respect du confinement décrété face au coronavirus.

"Ceux qui sont aujourd'hui hospitalisés, ceux qu'on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui, au début du confinement, ne l'ont pas respecté, c'est très simple, il y a une corrélation très simple", a déclaré le préfet de police Didier Lallement vendredi matin lors d'un point presse sur un contrôle routier pour dissuader les départs en vacances.

Vite reprise, sa déclaration a fait réagir sur les réseaux sociaux. Trois heures après avoir prononcé ces mots et sur demande du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui l'a appelé, selon une source proche du dossier, le préfet présentait ses excuses, via un communiqué. Didier Lallement "regrette les propos qu’il a tenus ce matin (...) et tient à les rectifier", indique le communiqué de la préfecture de police. "L'intention n’était pas d’établir un lien direct entre le non-respect des consignes sanitaires et la présence de malades en réanimation", mais de "de rappeler la nécessité d’une stricte application du confinement", ajoute-t-il. "Ce propos du préfet de police est inexact. Ce qui est vrai, c'est que le bon respect du confinement est un enjeu sanitaire majeur", a-t-on vite réagi dans l'entourage de Christophe Castaner.

Dans l'après-midi, le préfet, revenant à un "message d'unité, de solidarité", s'est de nouveau excusé, face caméra cette fois. "Sur le fond, cela est faux mais au-delà de l'inexactitude, c'est une erreur et je la regrette à plusieurs titres", a-t-il dit en présentant de nouveau "ses excuses". "Je regrette d'avoir tenu ces propos et je comprends les réactions qu'ils ont suscités", a-t-il souligné.

Des excuses qui ont été entendues par Pierre Carli, directeur médical du Samu de Paris. "Tout le monde travaille dans des circonstances assez exceptionnelles, on peut comprendre que parfois les propos ne soient pas adaptés pendant quelques instants", a-t-il dit. Plus tôt, le Pr Frédéric Adnet, chef des urgences de l’hôpital Avicenne et du Samu de Seine-Saint-Denis avait demandé la démission du préfet, sur BFMTV :  "Après des propos comme ça, il ne peut faire qu'une chose, il ne peut que démissionner". "C'est scandaleux. Insulter, traiter des malades en danger de mort de délinquants, c'est un véritable scandale. Il faudra dire à M. le préfet qu'il y a des soignants en réanimation", a-t-il dit. 

Le président de l'Association des médecins urgentistes (AMUF) Patrick Pelloux, a qualifié les propos du préfet de "totalement faux". "C'est un mensonge. Dont acte sur le fait qu'il a rectifié", a-t-il dit, appelant à "l'union en temps de guerre".

 

 

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
Covid-19
Brève

Phase 2 du déconfinementFin de l'interdiction de se déplacer à plus de 100 km et réouverture des parcs et jardins

"La situation sanitaire est bonne, mais nous devons rester prudents", a annoncé Edouard Philippe lors de la présentation de la deuxième phase de confinement qui débutera le 2 juin. Plus aucune région n'est en rouge, seuls trois zo... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.