Brève

Covid 19, l'hôpital Saint-Louis (Paris) vu de Boston

Gilles Noussenbaum
| 23.04.2020
  • Covid-19

« J'ai toujours très peur des semaines et des mois à venir. Cet état d'anxiété chronique est très différent de ce que nous avons connu en 2015. En 2015, il y avait de la stupéfaction mais pas de peur. Après l'attentat terroriste, la devise à Paris était "Tous en terrasse". Les rassemblements sociaux notamment dans les cafés et les bars ont aidé les gens à aller de l'avant après la crise. De nos jours, la devise est "restez à la maison". C'est une façon beaucoup plus déprimante de se battre », conclut le Dr Carl Ogereau (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris) dans un article paru ce jour dans The New England Journal of Medicine. Le parallèle entre 2015 et 2020 est au coeur  de ce reportage réalisé par la correspondante européenne du journal. L'autre différence entre les deux épreuves est la créativité qui a permis cette année de créer des lits de réa dans des lieux impromptus. En 2015 la résilience était plutôt le maître mot. En attendant toutefois la suite. 

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
Covid-19

Henri Bergeron (CNRS), les quatre facteurs qui ont permis aux hospitaliers de collaborer

Comment expliquer la panique des élites, la prolifération des structures nouvelles et la mobilisation des soignants ? Les réponses d'Henri Bergeron dans son livre qui sort ce 8 octobre, renouvellent le regard sur la crise sanitaire, au risque de heurter. Verbatim. Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.