Fin de vie, Alain Cocq arrête de s'alimenter à partir du 4 septembre
Brève

Fin de vie, Alain Cocq arrête de s'alimenter à partir du 4 septembre

Arnaud Janin
| 03.09.2020
  • fin de vie

Après l'affaire Vincent Lambert qui s'est terminée l'année dernière le 11 juillet 2019 suite à onze longues années passées en état pauci-relationnel, une nouvelle affaire surgit à la fin de cet été : Alain Cocq. Cet homme de 57 ans a décidé d'arrêter de s'alimenter et de s'hydrater à partir du vendredi 4 septembre. De sa ville Dijon, il a écrit le 20 juillet dernier au président Macron (l'association qui représentait Alain Cocq a été reçue fin août par la conseillère d'Emmanuel Macron à l'Elysée, Anne-Marie Armanteras de Saxé) pour lui demander "à titre personnel à pouvoir bénéficier, à titre compassionnel, du droit à une fin de vie dans la dignité avec une assistance active du corps médical". Depuis trente-quatre ans, il est atteint d’une maladie mystérieuse « sans nom », une maladie orpheline qui détruirait peu à peu les parois des vaisseaux sanguins et des artères. L'ensemble de ses organes vitaux sont touchés,argumente-t-il. Alain Cocq ne peut pas s'alimenter et met en avant le coût de sa prise en charge dans son courrier au président Macron : "Me maintenir en vie coûte chaque année entre 200 000 et 500 000 euros, voire plus. C'est un fric de dingue selon vos propres propos." Évoquant l'expression de "suicide assisté avec assistance active" et très critique de la loi Clayes Leonetti, il ne s'agit pas selon lui de réduire la durée de vie d'un malade mais "de l'acte de soulagement ultime des souffrances tant physiques et/ou psychiques d'un patient". Le compte à rebours commence vendredi 4 septembre au soir : Alain Cocq filmera son agonie en direct sur Facebook.

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
Sham
Brève

Sham affiche une croissance en 2020 en dépit du marché français public de la responsabilité civile sinistrée

Comment affronter une pandémie mondiale alors que l'un de ses marchés historiques, assurer la responsabilité civile des établissements publics de santé, est structurellement déficitaire depuis plusieurs années ? En opérant depuis... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.