Brève

Vivalto Santé souhaite devenir une entreprise à mission (d'intérêt général)

Arnaud Janin
| 01.10.2020
  • Vivalto

« On attend les revalorisations et la concrétisation du plan de relance du secteur », indique d'emblée Daniel Caille, le charismatique président de Vivalto Santé, lors d'une conférence de presse le 29 septembre dernier. Comme pour tout le secteur de la santé, cette période de la première vague Covid a marqué les esprits. « On a traité 26 % des patients Covid dans la région Ile-de-France. Il y a eu une solidarité considérable. 250 personnes du groupe sont venus spontanément nous aider en Ile-de-France. » Le troisième groupe d'hospitalisation privée implanté en Bretagne, Normandie, Ile-de-France et Pays de la Loire et qui compte 9 000 salariés et 2 500 praticiens fait son petit bonhomme de chemin. Original dans son fonctionnement, le groupe ne distribue pas de dividences à ses actionnaires et implique fortement son personnel qui est actionnaire pour presque moitié d'entre eux. Plus d'un tiers des praticiens sont actionnaires et détiennent 40 % du capital. C'est pourquoi Vivalto Santé creuse son sillon dans son identité particulière et ses valeurs liées à la mise en valeur du dialogue social, en passant au statut d'entreprise de mission d'intérêt général. Six grands axes de travail sont identifiés : système de gouvernance partagée, prise en charge globale sur l'organisation territoriale, engagement en faveur des salariés, performance économique pour assurer la pérennité, engagement environnemental et recherche & innovation. Des indicateurs pour officialiser cette démarche seront publiés au premier semestre 2021 lors de la prochaine AG du groupe. En attendant, l'inquiétude revient à la seconde vague Covid qui arrive. "Les ARS nous mettent en tension et nous incitent à nous organiser, indique Daniel Caille. La limite, c'est la disponibilité de nos personnels et notre réponse, c'est la mutualisation de nos effectifs."

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
Covid-19

Henri Bergeron (CNRS), les quatre facteurs qui ont permis aux hospitaliers de collaborer

Comment expliquer la panique des élites, la prolifération des structures nouvelles et la mobilisation des soignants ? Les réponses d'Henri Bergeron dans son livre qui sort ce 8 octobre, renouvellent le regard sur la crise sanitaire, au risque de heurter. Verbatim. Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.