Brève

Chardin, voire autrement

Gilles Noussenbaum
| 12.11.2020
  • Covid-19

L'incapacité à rendre compte de ce que l'on voit, l'échec de la parole ou du mot face à l'image, contrairement à ce qu'écrit Alexis Merle du Bourg dans sa très belle monographie consacrée à Chardin ne serait donc pas une fatalité. Le verbe, riche, élégant, somptueux allié à un regard panoramique qui balaie depuis le Siècle d'Or hollandais au XVIIe siècle jusqu'à Matisse et Malraux sonde une œuvre célébrée de magique en son temps mais qui résiste à toute tentative critique réductionniste. Ainsi, Chardin, le maître des natures mortes, serait un précurseur de l'abstraction. L'auteur s'insurge bien sûr de l'enrôlement du peintre dans cette histoire théologique de la peinture. Mais comment relier le mystère de ces scènes de genre, souvent des instants d'apprentissage et de communion familiale où flotte l'indécision des sentiments avec cette matière brute d'un gibier suspendu à un crochet qui laisse voir quelques traces de sang, témoignage d'une mise à mort récente ? L'une des clés serait peut-être cette manière de peindre une situation comme un fruit rouge, « plus évoqué que décrit », et d'explorer « la beauté du monde dans ses manifestations les plus ténues », les plus sensibles aussi. La belle iconographie réunie dans le volume permet au lecteur d'appréhender au mieux cette richesse grâce à des plans rapprochés ou à des zooms, et surtout à regarder autrement. Chardin était, paraît-il, un artiste qui prenait son temps, voire paresseux. Au lecteur désormais de suspendre son temps afin de rencontrer une œuvre peut-être exigeante et qui refuse une séduction facile. C'est à ce prix qu'elle a traversé les époques et nous saisit encore.

Chardin, Alexis Merle du Bourg, collection les Phares, éd. Citadelles & Mazenod, ouvrage jaquette et coffret illustrés, 384 pp., 350 ill. Couleur, 189 euros.

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
Covid-19
Brève

Olivier Véran : « Le virus circule moins vite, mais la charge hospitalière demeure forte »

Lors de la conférence de presse du 19 novembre, le ministre de la Santé Olivier Véran a usé de la métaphore, mais sans pour autant perdre sa gravité : « Ce n'est pas parce que le niveau de la marée est en train de baisser que... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.