Industrie pharma, l'an (202)1 du rebond ?
Brève

Industrie pharma, l'an (202)1 du rebond ?

Gilles Noussenbaum
| 28.01.2021
  • Leem

2021 sera-t-elle l'année du rebond pour l'industrie pharma française? En tout état de cause, la crise de la Covid a mis en lumière le « retard  francais » en matière d'innovation, selon le titre de l'étude réalisée par Margaret Lyle et Anne Perrot pour le Conseil d'analyse économique (CAE) et publiée le 26 janvier 2021. Le lendemain Frédéric Collet, président du Leem, annonce une sortie de crise. Faut-il le croire ?

Tous les élements du dossier d'instruction sont sur la table. En premier lieu, la faiblesse de la recherche fondamentale française est le premier élément à charge. A cet égard, la différence de crédits octroyés par l'Allemagne et la France à leurs chercheurs est cruelle pour l'Hexagone. Selon le CAE, les crédits publics en R&D pour la santé seraient plus de deux fois inférieurs à ceux de l'Allemagne. Et si cela ne suffisait pas, entre 2011 et 2018, ils ont diminué de 28% en France alors qu'ils progressaient de 11% en Allemagne et de 16% au Royaume-Uni. Cherchez l'erreur. Cette panne de financement se traduit par le le long déclin français en matière de brevet, selon les autrices de l'étude du CAE. Notons toutefois des lueurs d'espoir. L'Inserm en 2019 a été le premier déposant de brevets pharmaceutiques. Y aura-t-il des pépites contenues dans ces dépôts aussi prometteuses que les vaccins à ARN ? L'avenir le dira.

Crise de conscience du grand public

En attendant, Frédéric Collet n'avait pas vocation dans son discours de la méthode prononcé à l'occasion des voeux à évaluer l'état de la recherche fondamentale, même s'il en reconnu l'importance pour l'industrie. Le président du Leem s'est plutôt attaché à voir dans la crise sanitaire une prise de conscience du grand public sur l'intérêt stratégique pour la France à disposer d'une industrie pharma forte. L'Etat pour sa part a manifesté son attachement à cette cause reconnue d'intérêt public avec la baisse significative des impôts de production ou le fléchage de la filière santé comme une priorité dans le plan de relance. 

Baisse de la contribution du Leem

Autre bon point, le Leem note une cohérence entre les actes et les paroles comme l'illustre la LFSS 2021 avec la baisse de la contribution demandée à l'industrie pharma dans le cadre de la maîtrise des dépenses de santé. Cette cohérence se manifeste au niveau ministériel où le ministre des Solidarités et de la Santé et la ministre déléguée chargée de l'Industrie partagent désormais les mêmes enjeux. 

Comment à partir de ces fondations, de ces premières pierres « bâtir l'avenir de notre système de santé »? Parmi les six chantiers dégagés, le Leem met l'accent non pas tant sur la recherche fondamentale que sur l'importance de la recherche clinique, volet également mis en avant dans l'étude du CAE. Pour renforcer l'attractivé de l'Hexagone et la lisibilité des politiques d'innovations, le Leem prend pour modèle la création par le ministère de la Défense d'une agence d'innovation en défense. 

Décrochage sur le plan de l'attractivité

Comme dans l'étude du CAE, Frédéric Collet note le decrochage entre la France et l'Allemagne, mais cette fois-ci sur le plan de l'attractivité. Outre les délais d'accès au marché, est une nouvelle fois dénoncée l'absence d'une réforme de l'évaluation qui a  toutefois peu de chances d'être menée à bon port avant la prochaine élection présidentielle. 

Enfin et surtout le Leem appelle à retrouver de la croissance pour financer toutes les ambitions affichées lors de la crise sanitaire. Et de rappeler que la marché national stagne alors que les voisins européens de la France connaissent une réelle croissance. La cohérence entre les actes et les discours sera-t-elle au rendez-vous? « Nous jugerons si les promesses entrevues en 2020 se trouveront consolidées en 2021 », lâche frédéric Collet. 

A tous ces facteurs pour relever le défi, il faudrait peut-être injecter de l'audace, toujours de l'audace, comme l'ont montré les innovateurs de l'année 2020 qui ont davantage  misé sur les innovations de rupture plutôt que sur la seule agilité.  

Source : Decision-sante.com

A LA UNE

add
lits de réa
Brève

Les 3 mesures pour créer les 3 000 lits de réa

La création de trois mille lits supplémentaires en réanimation par Emmanuel Macron lors de son intervention le 31 mars dernier relève-t-elle de l'effet d'annonce ? Le Pr Yves Cohen a témoigné le lendemain de l'impossibilité... Commenter

ÉVÉNEMENTS

ÉVÉNEMENTS

Retrouvez tous les événements organisés par Décision Santé

Formations

Abonnement

Accédez à l’intégralité de votre magazine en version numérique ou papier

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

COUPs DE GRIFFE/CŒUR

Vous souhaitez vous exprimer surl’actualité de votre profession ? Publiez dès maintenant votre courrier en ligne.

KIOSQUE

KIOSQUE

Retrouvez l’édition numérique de votre magazine.