C’est le taux de remboursement des médicaments que souhaitait supprimer le Gouvernement. Finalement, le sujet était trop sensible sur le plan politique alors que la ministre s’est toujours présentée comme le défenseur des patients. Le remboursement de cette classe de médicaments pèse pour 120 millions d’euros. Au lieu d’une refondation complète du système d’évaluation, la tendance serait plutôt d’étudier les dossiers au cas par cas.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte