40 % des jeunes médecins hésitent à travailler à l’hôpital

Publié le 30/11/2012

Comment retenir les jeunes médecins à l’hôpital public ? Y aura-t-il encore demain des anesthésistes-réanimateurs pour y exercer ? La journée organisée le 17 octobre dernier par le SNphar-E (Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes réanimateurs élargi) à Paris a permis de dresser un état des lieux loin de tout catastrophisme. En premier lieu, l’anesthésie réanimation est toujours une spécialité attractive auprès des jeunes. Aux épreuves classantes nationales (ECN), tous les postes sont chaque année pourvus. Autre point positif, la progression est constante.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte