Surtitre à enlever

Amérique, Amérique

Publié le 25/02/2011

Il y a un peu de Tennessee sur le plateau de la salle Richelieu et beaucoup de Lee Breuer, le metteur en scène américain qui nous livre sa version d’Un tramway nommé Désir. Le spectacle témoigne d’une réelle audace en s’efforçant de conjuguer formalisme et naturalisme, esthétique japonaise et ambiance de la Nouvelle Orléans, analyse psychologique de personnages et portrait de groupe. Si l’on ajoute une formidable énergie et une créativité débordante, la proposition devrait séduire le spectateur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte