Amérique des années 30

Publié le 30/11/2012

Paris ville lumière dans les années 1930 était une fête pour les Américains. Quatre-vingt ans plus tard, c’est la France qui célèbre l’axe Paris-New-York à travers deux artistes longtemps considérés comme mineurs. Désormais l’art au XXe siècle ne se réduit pas à l’histoire des avant-gardes. L’exposition Edward Hopper met en lumière un peintre dont l’enjeu artistique n’est pas d’inventer des formes nouvelles en rupture mais plutôt d’installer une vision critique, un regard distancié qui se promènerait dans la modernité extrême, celle de l’Amérique des années 1910 à 1960.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte