Apnée du sommeil, la prise en charge n’est plus conditionnée à l’observance

Publié le 06/12/2014

Les associations de patients ont donc eu gain de cause. Le Conseil d’État vient de suspendre l’arrêté ministériel qui conditionnait la prise en charge du dispositif médical à pression positive continue à une durée minimale d’utilisation, soit trois heures par nuit pendant vingt jours chaque mois. « C’était un texte inique », a déclaré Alain Murez, président de la Fédération des associations et amicales de malades insuffisants et handicapés respiratoires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte