Benjamine, vraiment ?

Publié le 20/02/2010

Cécile Courrèges est-elle destinée à occuper, où qu’elle aille, la place de la benjamine ? Lorsqu’on lui pose la question, elle part d’un rire franc, enjoué, celui d’une jeune femme amusée par cette « malédiction » qui la suit depuis qu’elle est entrée dans la vie active. Plus jeune directrice préfiguratrice d’ARS, plus jeune collaboratrice de Jean-Marie Bertrand, secrétaire général des affaires sociales, lorsque ce dernier conceptualisait en 2008 les ARS, plus jeune directrice de Ddass… De ce palmarès, Cécile Courrèges ne tire aucune fierté, et n’affiche aucune fausse modestie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte