Philippe Durand*

Capio parie sur l’optimisation de son organisation et la qualité des soins

Publié le 30/10/2015

« À court terme, la régulation prix-volume liée à la baisse des tarifs est très difficile à gérer. Mais le plus perturbant reste le manque de visibilité sur ces évolutions qui se font année après année. Mais, à terme, nous croyons que le régulateur ne pourra pas ignorer la qualité de soins proposés par les différents acteurs. On ne peut pas en rester au seul financement de l’activité avec la T2A.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte