Caricature

Publié le 27/02/2012

À proximité d’une élection centrale, chaque groupe de pression – les hôpitaux, les cliniques, l’industrie pharmaceutique… – avance ses propositions pour peser dans le débat électoral. Pour le meilleur et le pire. Chacun y va de ses avantages présumés. Les soins pour tous chez les hospitaliers, la bonne gestion dans les cliniques, l’innovation pour les industriels… Les arguments sont en général catégoriques et tout se mélange. Les divergences idéologiques traditionnelles pèsent moins que les questions d’intérêts corporatistes. Et quand les moyens manquent, le ton monte vite.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte