Chimiothérapies, des dépenses concentrées sur un petit nombre de molécules

Publié le 07/09/2017
La facture du cancer continue à croître tant pour le coût de l’hospitalisation que pour la délivrance de médicaments innovants. En 2015, les thérapies ciblées concentrent l’essentiel des dépenses. Décryptage.
visuel chimios

visuel chimios
Crédit photo : SPL/Phanie

L’activité de chimiothérapie progresse dans l’Hexagone. En 2015, 308 634 personnes ont été traitées par cette thérapie, soit une augmentation de 12,3 % depuis 2010. L’activité est toutefois concentrée à 80 % sur l’appareil digestif (25 %), le sein (20 %), les hémopathies malignes (17,7 %) et l’appareil respiratoire (15,4 %). Le nombre de séances ne connaît pas de pauses avec une croissance de +4,3 % entre 2014 et 2015. En oncologie, les CHU ne sont pas en situation dominante. Ils sont classés en troisième position derrière les cliniques privées et les centres hospitaliers.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte