Clinicien hospitalier : récompense ou mépris ?

Publié le 05/07/2010
Présenté comme l’alpha et l’oméga du renouveau du statut de praticien hospitalier, le statut de clinicien hospitalier n’a pas l’heur de remporter un franc succès chez les syndicalistes de PH, qui lui reprochent de précariser les PH. Pas encore publié au moment où nous mettons sous presse, le décret afférent, selon le ministère de la Santé, « devrait apporter deux précisions : le recrutement visera la grille des PH. Le décret institue également un plafond égal au dernier échelon majoré de 65%. Ce qui correspond au maximum à un salaire de 10 000 euros nets. Le contrat est de trois ans renouvelable une fois, donc six ans au maximum. Au bout de six ans, soit le clinicien est licencié, soit il est intégré en tant que PH. » Qu’en pensent les directeurs d’hôpital ? Est-ce selon eux un outil à même d’attirer les praticiens vers l’hôpital ? Les avis divergent.
Philippe Blua, président du SNCH

Philippe Blua, président du SNCH
Crédit photo : DR

Michel Rosenblatt, président du Syncass-CFDT

Michel Rosenblatt, président du Syncass-CFDT
Crédit photo : © DR

POUR

Philippe Blua, président du SNCH

« Il est normal que les médecins qui bossent le plus en profitent ! »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte