Médecine pénitentiaire

Comment optimiser le dispositif

Publié le 24/11/2011
Le taux d’occupation des UHSI est loin d’être satisfaisant. Il s’est établi en 2010 à 56 %.

Le taux d’occupation des UHSI est loin d’être satisfaisant. Il s’est établi en 2010 à 56 %.

Les détenus sont-ils des patients comme les autres ? Un rapport récent centré sur les soins somatiques et rédigé par Vincent Marsala (Conseiller générale des établissements de santé et Catherine Pautrat (Inspectrice générale adjointe des services judiciaires) témoigne des avancées réalisées grâce à la loi du 18 janvier 1994. À ce jour, le dispositif repose sur une architecture à trois niveaux. En premier lieu, les unités de consultation et de soins ambulatoires (UCSA) sont installées au sein des prisons. Le personnel médical et paramédical dépend d’un centre hospitalier de rattachement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte