Concordance des temps

Publié le 20/05/2011

La réforme de la dépendance n’en finit pas de se chercher une porte de sortie. Mieux gérer le sort des plus âgés dans nos sociétés vieillissantes est plus qu’une revendication politique et sociale raisonnable et raisonnante. Chacun ressent personnellement dans son intimité l’implacable nécessité de réparer les douleurs des plus fragiles de nos anciens et de leurs proches. Mais cette volonté partagée se heurte toujours et encore aux enjeux et exigences économiques du moment. Il y a toujours mieux à faire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte