Consultation

Publié le 30/04/2013

Combien je recèle de moi(s) en moi, combien d’identités, de pseudos, combien de vies ai-je déjà brulé ? Depuis le traumatisme Jérôme Cahuzac, je m’interroge. Il m’arrive de fréquenter des milieux différents, de changer d’opinion, de me convertir aujourd’hui à ce que j’aurai insulté hier. Dans un très bel éloge de l’apostat*, Jean-Pierre Martin raconte comment des grandes figures, rejetant « l’esprit d'orthodoxie » selon la formule de Jean Grenier ont réinventé à plusieurs reprises leur vie à l’image de Romain Gary, Jean-Paul Sartre ou Arthur Koestler.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte