Les vacances n’y ont rien fait. Nos pays restent secoués par les crises financières et économiques. Les gouvernements sont plus que jamais malmenés et contestés. Surtout quand, une fois le pic de la fièvre passé, ils tentent d’appliquer des cures de restriction budgétaire qui relancent la tension sociale. C’est le cas en France, pour la mi-temps présidentielle, mais aussi en Angleterre et en Europe. Chacun tente, à sa manière, de réduire les charges sociales pour vite –trop vite ? – retrouver des taux de déficit de l’ordre de 3 %.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte