Gestion des établissements

De la T2A à la facturation au fil de l’eau

Publié le 17/09/2010
En dehors des hôpitaux locaux, la tarification à l’activité (T2A) est logiquement devenue une réalité, en lieu et place de la dotation globale de financement (DGF). Pour aller au bout de l’idée qui sous-tend son déploiement, à savoir un financement optimisé des établissements, le projet de facturation au fil de l’eau (Fides1) vient la compléter. Pour l’heure, celle-ci s’attend à faire l’objet d’une expérimentation.

En sa qualité d’établissement de santé, l’hôpital a toujours été considéré comme un univers particulier. Souvent l’un des employeurs principaux de son bassin de vie, il participe pour beaucoup dans la vie économique de la cité. Pourtant, son fonctionnement est resté longtemps singulier. À plus d’un titre. Une des illustrations importantes de ce particularisme est la facturation. Jusqu’en 2004, les acteurs publics fonctionnaient sur la base d’une dotation globale de financement (DGF).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte