Rémunération des PH

De quoi y perdre son latin

Publié le 12/12/2011
Pas facile de retrouver son chemin dans les dédales qui déterminent la rémunération des praticiens hospitaliers. Entre grille salariale, statuts particuliers, indemnités diverses et variées, la fixation des rémunérations dépend de nombre de variables.

S’il est devenu fréquent d’entendre le discours selon lequel en médecine de ville, personne ne sait plus qui gagne quoi, notamment depuis l’instauration du médecin traitant et du parcours de soin, tout bien posé, la lisibilité n’est pas meilleure quand on s’intéresse aux praticiens hospitaliers. De façon caricaturale, tout le monde reconnaîtra qu’en termes de revenus, mieux vaut être un anesthésiste temps plein du 12e échelon qu’un psychiatre ou un pharmacien « débutant ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte