Déficit hospitalier, le tour de passe-passe du gouvernement

Publié le 08/10/2015

Alors que le PLFSS 2016 vient d’être présenté en Conseil des ministres, l’Ondam 2015 devrait être respecté avec même des dépenses réduites de 450 millions d’euros, par rapport à l’objectif voté par le Parlement. La bonne tenue des dépenses de ville explique ces résultats. Pour autant, faut-il se féliciter de cette « bonne gestion » ? Elle est en partie expliquée par le déficit observé à l’hôpital public qui s’est élevé en 2014 à plus de 400 millions d’euros grâce au gel de crédits. La même opération devrait être reconduite en 2015. La FHF n’hésite pas à évoquer un transfert de déficit.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.