Loi HPST

Des réformes qui passent mal

Publié le 25/02/2011
Du côté de la baie des Anges, le diable logerait encore dans les cloisons d’un système de santé qui peine à se réformer. C’est ce que l’on a pu encore entendre lors de l’escale niçoise des Rencontres de la santé*, le 20 janvier dernier.

Entre effets indésirables et vertus thérapeutiques, la loi HPST continue à faire gloser. Concernant la gouvernance, Philippe Paquis, président de la CME du CHU de Nice, déplore une mise à l’écart des médecins dans cette commission : « Ils ont du mal à accepter le fait qu’ils n’ont plus d’avis à donner sur un certain nombre de points de l’établissement. » Alain Coulomb, ancien directeur de la HAS, loue quant à lui un effet roboratif de la loi : l’élan coopératif entre le public et le privé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte