David Cameron ne devrait-il pas dérouler un tapis rouge aux excentriques français encore en exercice, alors que l’Hexagone a désormais élu la normalité comme valeur suprême ? Quel avenir de ce côté du channel pour Michel Dansel, l’auteur d’un récent bouquin sur les excentriques*, alors que la terre de France n’est plus qu’une « norme » plaine. Il n’y a ici plus de place pour la faille, le dérapage contrôlé, la marginalité. La bienséance serait même le degré suprême de la culture. Quant à la fantaisie, en ces temps de crise, elle relève plutôt de l’amoralité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte